30 000 euros d'amende requis contre Dieudonné pour son message : "Je me sens Charlie Coulibaly" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
30 000 euros d'amende requis contre Dieudonné pour son message : "Je me sens Charlie Coulibaly"
©REUTERS/Gonzalo Fuentes

Justice

30 000 euros d'amende requis contre Dieudonné pour son message : "Je me sens Charlie Coulibaly"

Le polémiste comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel pour apologie du terrorisme.

Ce mercredi 4 février, Dieudonné avait à nouveau rendez-vous avec la justice. Il comparaissait cette fois pour "apologie du terrorisme", après avoir écrit "Je me sens Charlie Coulibaly" sur sa page Facebook le 11 janvier, à la suite des attentats de Charlie Hebdo et du supermarché cacher de la Porte de Vincennes.

Des propos qui pourraient coûter cher au polémiste. La procureure a requis 200 jours-amende à 150 euros à son encontre, évoquant la teneur des propos, le contexte dans lequel ils avaient été prononcés, et la personnalité de leur auteur, déjà condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale.

"Bien évidemment, je condamne sans aucune retenue et sans aucune ambiguité les attentats", a affirmé Dieudonné devant le tribunal correctionnel de Paris. Il a également assuré qu'il avait eu l'intention de participer à la marche du 11 janvier à Paris, en hommage aux victimes des attentats, arguant que ses avocats avaient contacté les services du ministère de l'intérieur en ce sens, sans obtenir de réponse.

"Je me suis senti concerné par cette marche et exclu par les services de police de cette marche", a-t-il expliqué, rapporte BFMTV. "Je me sens traité comme un terroriste", a déploré Dieudonné. Il encourt sept ans de prison et 100 000 euros d'amende, les propos ayant été tenus sur Internet. Le jugement a été mis en délibéré.

Lu sur BFMTV.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !