223 000 lycéens sont sortis du système scolaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
223 000 lycéens sont sortis
du système scolaire
©

Décrochage

223 000 lycéens sont sortis du système scolaire

Parmi eux, 160 000 ont été "perdus de vue" selon Luc Chatel, qui veut enrayer le phénomène avec un fichier de suivi personnalisé.


Entre juin et octobre, environ 5% des jeunes scolarisés en lycée sont sortis du système scolaire. Si un quart d'entre eux a été pris en charge par des missions locales, plus de160 000 ont été "perdus de vue" par l'administration selon Luc Chatel, invité dimanche au Grand Jury RTL / LCI/ Le Figaro.  

Le ministre de l’Education nationale assure pourtant que l’Etat va réagir face à cette situation. Il veut apporter "uneréponse personnalisée, individualisée". Ainsi, il a précisé que "sur 400 bassins de vie en France", les préfets et les inspecteurs d'académie, se sont vus remettre "la liste exacte de ces décrocheurs" afin de faire "du sur-mesure". Concrètement il s’agira de proposer à chacun "soit un contrat en alternance, soit un suivi par une mission locale, un travail individualisé", selon le ministre.

Pour assurer le repérage des décrocheurs, Luc Chatel a annoncé qu’un "système de base de données, en connectant le système de l'Education nationale, de l'enseignement agricole, des CFA, des missions locales" a été mis en place. Il doit permettre de mieux identifier et suivre les élèves qui quitteraient le système scolaire et de leur proposer une solution adaptée.

En aval, les Etablissements de réinsertion scolaire (ERS), mis en place à la rentrée 2010 sont un succès à en croire le ministre, puisque sur la première année, 141 des 152 élèves qui ont été placés dans un établissement ont réintégré en 2011 un collège un lycée ou un Centre de formation et d’apprentis.

Lu sur 20min.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !