11-septembre: Obama met son veto à une loi autorisant des poursuites contre l'Arabie saoudite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
11-septembre: Obama met son veto à une loi autorisant des poursuites contre l'Arabie saoudite
©

Diplomatie

11-septembre: Obama met son veto à une loi autorisant des poursuites contre l'Arabie saoudite

Le président américain estime que si des citoyens pouvaient poursuivre des Etats, les Etats-Unis risqueraient d'être attaqués à leur tour.

Les proches des victimes du 11-Septembre 2001 ne pourront pas poursuivre l'Arabie saoudite. Le président américain Barack Obama a opposé son veto à une loi qui aurait pu le permettre, a indiqué la Maison-Blanche vendredi soir.

Obama estime en effet que cette loi, en ouvrant la possibilité à des citoyens de poursuivre en justice des Etats, affaiblirait le principe d'immunité qui protège les Etats (et leurs diplomates). Or, par un effet boomerang, celà pourrait exposer le personnel diplomatique et militaire ainsi que les fonctionnaires américains, travaillant à l’étranger, à être poursuivi à leur tour par d’autres pays. "Je comprends le désir de justice des familles [des victimes] et je suis déterminé à les aider dans cet effort" mais signer cette loi "aurait un impact néfaste sur la sécurité nationale des Etats-Unis", explique-t-il dans un courrier adressé au Sénat.

Le texte de loi, baptisé "Justice against sponsors of terrorism act" ("Justice contre les sponsors d’actes de terrorisme"), a suscité un tollé dans les monarchies du Golfe qui ont mis en garde contre "un grave précédent".

Malgré ce veto,  les parlementaires devraient pouvoir réunir la majorité nécessaire pour l'outrepasser et voter la loi.

Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !