"Violences policières" : Christophe Castaner annonce la suspension des agents lors de soupçons avérés de racisme et précise que certaines méthodes d’interpellation seront abandonnées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Violences policières" : Christophe Castaner annonce la suspension des agents lors de soupçons avérés de racisme et précise que certaines méthodes d’interpellation seront abandonnées
©ludovic MARIN / AFP / POOL

"Tolérance zéro contre le racisme"

"Violences policières" : Christophe Castaner annonce la suspension des agents lors de soupçons avérés de racisme et précise que certaines méthodes d’interpellation seront abandonnées

Christophe Castaner s’est exprimé ce lundi 8 juin sur la question des accusations de racisme et des violences au sein de la police. Le ministre de l’Intérieur a dévoilé de nombreuses mesures.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s’est exprimé ce lundi 8 juin sur la question du racisme au sein de la police. Ces déclarations interviennent à la suite de manifestations en France sur les "violences policières" et contre le racisme, notamment organisées par un collectif de soutien à la famille d’Adama Traoré, et suite au drame de la mort de George Floyd lors de son interpellation à Minneapolis aux Etats-Unis.  

Christophe Castaner a tenu à souligner que la situation aux Etats-Unis était différente de la réalité en France : 

"La police française ce n’est pas la police américaine. […] Je le dis avec fermeté, encore une fois : le racisme n'a pas sa place dans notre société et encore moins dans notre police républicaine. […] Je ne souhaite pas alimenter le cercle vicieux de l'outrance qui fait qu'à chaque réponse, on se comprend un peu moins. Nous ne cesserons de défendre l'honneur des forces de l'ordre".

Face à ce "mal abject", Christophe Castaner souhaite "une tolérance zéro contre le racisme dans notre République", et "contre le racisme au sein des forces de l'ordre. Aucun accroc à la déontologie ne peut être toléré".

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a précisé qu’il avait demandé aux directions de la gendarmerie et de la police nationale "qu'une suspension soit systématiquement envisagée pour chaque soupçon avéré d'acte ou de propos racistes". 

Les méthodes d’interpellation et la formation vont désormais évoluer également au sein de la police et de la gendarmerie, selon les précisions du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner ce lundi.  

"La méthode de la prise par le cou" sera ainsi abandonnée. Cette méthode dite de "l'étranglement" ne sera donc dorénavant plus enseignée lors des formations en école de police, selon les précisions de Christophe Castaner. Le ministre de l’Intérieur annonce donc également l'abandon de l'appui sur la nuque et le cou par les policiers lors de certaines interventions.

Le ministre de l’Intérieur s’est exprimé aussi sur les outils qui seront utiles à l'avenir : 

"Je demande que l'usage des caméras-piétons soit renforcé lors des contrôles d'identité". 

Il a aussi souhaité que le numéro RIO des policiers soit systématiquement visible, ce qui doit être déjà le cas, normalement. 

"Je rappelle l'obligation (...) Le port du numéro RIO est obligatoire".

Christophe Castaner a donc tenu à défendre les gardiens de la paix lors de son allocution : 

"Je ne laisserai pas les agissements odieux de certains jeter l'opprobre sur toute une institution".

Reste à savoir si ces annonces seront bien perçues et acceptées par les syndicats policiers. Ce discours visait à calmer les colères et à apaiser les tensions. 

Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !