"Swissleaks" : quand Twitter se moque de Gad Elmaleh | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le Monde et plusieurs médias internationaux révèlent les rouages du système d'évasion fiscale mis en place en Suisse par HSBC.
Le Monde et plusieurs médias internationaux révèlent les rouages du système d'évasion fiscale mis en place en Suisse par HSBC.
©Reuters

LOL

"Swissleaks" : quand Twitter se moque de Gad Elmaleh

Jacques Dessange, le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah font aussi partie des noms de la liste dévoilée par Le Monde.

Le Swissleaks ne fait pas rire les personnes concernées mais amuse les réseaux sociaux. Le Monde et d'autres médias internationaux ont en effet dévoilé la face cachée du secret bancaire en Suisse et dénoncent un vaste système d'évasion fiscale. Des noms de personnalités de la politique, du spectacle et des affaires ont été exposés dimanche soir par le journal

Le Monde a eu accès aux données bancaires de plus de 100 000 clients et a mis les informations à la disposition du Consortium des journalistes d'investigation (ICIJ). Les données portent sur la période allant de 2005 et 2007. Des dizaines de milliards auraient transité sur ces comptes à Genève, cachés entre autres derrière des structures offshore au Panama et dans les îles Vierges britanniques.

En France, Le Monde n'a pas hésité à citer certaines personnalités comme Jacques Dessange, le roi du Maroc Mohammed VI ou le roi de Jordanie Abdallah. Elle McPherson, Diane von Fürstenberg ou encore le pilote de moto Valentino Rossi sont épinglés par des journaux étrangers. Mais dans cette liste, c'est surtout le nom de Gad Elmaleh qui a fait réagir la twittosphère.

En fait, le compte en Suisse de @gadelmaleh, c'était un bizutage pour rentrer dans la Famille princière de #Monaco#SwissLeaks

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !