"Swissleaks" : "une partie émergée de l'iceberg" selon Hervé Falciani, l'ex-informaticien de HSBC | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
HSBC dans la tourmente
HSBC dans la tourmente
©Reuters

Petite partie

"Swissleaks" : "une partie émergée de l'iceberg" selon Hervé Falciani, l'ex-informaticien de HSBC

Dans une interview au Parisien publiée ce mardi matin, il assure que "l'administration fiscale en a eu encore bien plus".

Le "Swissleaks" est à la une de tous les journaux ce mardi. En effet, lundi, Le Monde et d'autres acteurs de la presse dans le monde ont révélé un vaste scandale de fraude fiscale de HSBCSuisse. Et Hervé Falciani, l'ex-informaticien franco-italien de la banque, lanceur d'alerte dans cette affaire, assure que tout cela n'est pas terminé.

En effet, dans une interview au Parisien publiée ce mardi matin, il affirme qu'il s'agit seulement de la "partie émergée de l'iceberg". Selon lui, il dit que les journalistes n'ont eu accès qu'à "une partie" des informations qu'il a transmises à l'État français. "L'administration fiscale en a eu encore bien plus. (...) Plusieurs millions de transactions sont également répertoriées dans les documents que j'ai transmis. Ces chiffres peuvent donner une idée de ce que peut être le dessous de l'iceberg" explique-t-il.

Selon Hervé Falciani, "il est impossible que les grandes banques françaises ne soient pas concernées" par ce système de fraude fiscale. Interrogé sur l'efficacité des législations anti-évasion fiscales mise en place en France après l'affaire Cahuzac, il précise que "la réglementation va surtout mettre le paquet sur les clients particuliers qui déclarent un compte en leur nom propre. Ce sont les petits, le fond du panier. Le haut du panier utilise des sociétés, parfois créées de façon frauduleuse".

Dans cette affaire, la filiale suisse de la banque HSBC est accusée d'avoir aidé certains de ses clients à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts. Des personnalités du showbizz, politiques, ou encore du mode sportif figurent sur cette liste.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !