"Les derniers, c'est pas toujours les premiers" : la petite pique assassine de Nicolas Sarkozy à Alain Juppé que personne n'avait entendu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Les derniers, c'est pas toujours les premiers" : la petite pique assassine de Nicolas Sarkozy à Alain Juppé que personne n'avait entendu
©Reuters

Uppercut en douce

"Les derniers, c'est pas toujours les premiers" : la petite pique assassine de Nicolas Sarkozy à Alain Juppé que personne n'avait entendu

Lors du débat télévisé entre les participants à la primaire de la droite et du centre, l’ancien chef de l'Etat a lancé une petite mise en garde.

Il fallait rester attentif jusqu'au bout. Lors du débat télévisé réunissant les candidats à la primaire de la droite et du centre, Alain Juppé n'a pas hésité à afficher sa confiance dans ses chances de l'emporter. Un peu trop au goût de Nicolas Sarkozy. Si la plupart des analystes ont trouvé l'ancien chef de l'Etat particulièrement calme, il a tout de même délivré un avertissement à son rival et ancien ministre. La remarque aurait pu passé inaperçue, mais les équipes de l'émission "Quotidien" de Yann Barthès ont été vigilantes.

En toute fin de débat, alors que le hasard avait désigné Alain Juppé pour clore les discussions, le maire de Bordeaux a glissé avec un sourire : "Peut-être est-ce un signe positif du destin? On verra bien". Mais alors qu'il poursuivait son propos en déclarant qu'il voulait s'adresser "à ceux qui nous regardent", Nicolas Sarkozy a glissé cette petite mise en garde: "Les derniers, c'est pas toujours les premiers". Si on ne le voit pas à l'écran au moment de cette pique, la tonalité de la voix laisse peu de place au doute quant à l'identité de la personne...

Lu sur Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !