"Israël est voué à la disparition", lance l'ayatollah Khamenei | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le guide de la Révolution islamique iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei.
Le guide de la Révolution islamique iranienne, l'ayatollah Ali Khamenei.
©Reuters

Belliqueux

"Israël est voué à la disparition", lance l'ayatollah Khamenei

Le guide suprême iranien a fait cette déclaration mercredi devant 50 000 miliciens islamistes réunis à Téhéran.

L'ayatollah Ali Khamenei en est persuadé : Israël va nécessairement disparaître. "Les fondements du régime sioniste ont été très fortement affaiblis et il est voué à la disparition. Aucun phénomène imposé par la force ne peut durer", a déclaré mercredi le guide suprême iranien, lors d'un discours devant 50 000 miliciens islamistes réunis à Téhéran. L'Iran n'a jamais reconnu l'existence de l'Etat hébreu, fondé en 1948, et soutient les mouvements armés qui luttent contre lui, rappelle Le Point.

Ali Khamenei a aussi accusé la France d'avoir "cédé aux Etats-Unis" et de s'être "mise à genoux devant le régime israélien" en empêchant la conclusion d'un accord sur le programme nucléaire il y a 10 jours. L'ayatollah a souligné que son pays ne reculerait pas "d'un iota" sur la question de ses droits nucléaires.

Des déclarations qui n'ont pas manqué de faire réagir François Hollande. Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, rapporte que le président de la République juge ces propos "inacceptables" et considère qu'ils "compliquent la négociation" concernant le nucléaire iranien. La France veut malgré tout poursuivre les discussions. "Nous voulons un accord sérieux, un accord solide qui donne toutes les garanties. La position de la France est la même : on pourrait la résumer en disant qu'elle est ferme mais pas fermée", a expliqué Najat Vallaud-Belkacem.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !