Les ex-militaires dans les grandes entreprises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les ex-militaires 
dans les grandes entreprises
©

Transfert

Les ex-militaires dans les grandes entreprises

Des sociétés du CAC 40 utilisent leur compétence en matière de sécurité.

Quand il s'agit de diriger leur service de sécurité, les grandes entreprises françaises font souvent apel à des anciens militaires selon une étude publiée dans le numéro 5 la revue Sécurité et Stratégie, qui évoque, entre autres l'amiral Thierry D'Arbonneau en charge de la sécurité chez Areva.

"Croiser un ex des forces armées dans les couloirs du CAC 40, la chose est devenue banale. « On en rencontre partout », confirme Frédéric Ocqueteau, chercheur au Cesdip-CNRS. Sur les 25 directeurs de « sûreté ou sécurité » qu'il a entendus pour une récente étude (publiée dans le dernier numéro de la revue spécialisée Sécurité et stratégie), dix venaient de la grande muette. Et quand ils ne sont pas chefs, ils sont souvent bras droits." remarque le site Rue89.

"« Il y a de plus en plus de problèmes géopolitiques et face à ces crises multiples, ce sont souvent les anciens militaires qui ont des compétences », explique comme une évidence Olivier Hassid, délégué général du Club des directeurs de sécurité d'entreprise et patron de la revue Sécurité et Stratégie" cité par Rue89. 

Mais tout n'est pas rose pour autant : "Les chefs d'entreprise apprécient également les anciens du renseignement. De la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) ou de la DSPD (Direction de la sécurité et de la protection de la Défense) comme Rémi Pagnie et Dominique Gevrey chez Renault – tous deux impliqués dans l'affaire de supposé espionnage, qui fera probablement baisser la cote des militaires chez le constructeur automobile."

Lu sur Rue89

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !