"Affaire Théo" : plusieurs contradictions lors de son audition, notamment à propos du pantalon volontairement baissé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
"Affaire Théo" : plusieurs contradictions lors de son audition, notamment à propos du pantalon volontairement baissé
©Capture d'écran Youtube

Troublant

"Affaire Théo" : plusieurs contradictions lors de son audition, notamment à propos du pantalon volontairement baissé

Interpellé à Aulnay-sous-Bois le 2 février, Théo Luhaka est revenu sur ses premières déclarations, rapporte le journal Le Parisien.

Selon les nouvelles informations révélées mardi 21 mars par le journal Le Parisien, Théo Luhaka (21 ans), s'est contredit lors de sa dernière audition. Violemment interpellé par la police à Aulnay-sous-Bois le 2 février, le jeune homme avait tout d'abord assuré que son pantalon avait été volontairement baissé par les policiers. 

Une version désormais contestée par sa dernière audition. "L'affaire Théo" avait engendré plusieurs épisodes violents en banlieue parisienne, et François Hollande s'était même rendu au chevet du jeune homme.

>>>> À lire aussi : Des magistrats manifestent pour Théo ! Et ils voudraient nous faire croire qu’ils rendent une justice impartiale ? 

"Pour Théo, l'intention des policiers était claire. Ses premières déclarations publiques et à trois reprises sur procès-verbal ne laissaient pas de place au doute. Mais, selon sa dernière audition dont nous avons pris connaissance, des contradictions sont apparues avec les images de vidéosurveillance. Des approximations pointées d'ailleurs par la juge d'instruction chargée du dossier.", peut-on lire sur le site du journal Le Parisien. 

Lors de l'audition du 3 mars dernier, Théo Luhaka a écouté la relecture de ses premières déclarations par la juge. 

Un policier lui aurait "enfoncé le bâton dans les fesses après avoir écarté le caleçon sur le côté" alors qu'un deuxième lui "tenait les jambes", et qu'un un troisième fonctionnaire de police le maintenait "légèrement incliné debout". 

>>>> À lire aussi : "Affaire Théo" : la famille du jeune homme visée par une enquête financière pour abus de confiance et escroquerie

"Cependant, sur la base des vidéos et des constatations effectuées sur le caleçon percé de Théo, la juge remet en cause cette version d'un sous-vêtement écarté au préalable. Lui explique ne pas se souvenir d'avoir mentionné un tel fait", poursuit le quotidien.  

"Comme je vous l'ai dit, la première audition, je n'étais pas en état", se serait défendu le jeune homme. 

Lors de cette dernière audition, Théo Luhaka a également été invité par la juge à préciser le type de pantalon qu'il portait le jour de son interpellation : "Sur la vidéo, on voit que vous marchez en approchant des lieux, vous remontez votre jogging, et que vous le portez très bas. Est-ce exact?". 

Le jeune a alors déclaré a la magistrate : "Si tu ne serres pas ton pantalon avec le cordon, logiquement il se descend tout seul. Et puis je prends mes pantalons en XL, ce n'est pas ma vraie taille (…) Quand l'un des policiers m'a attrapé, mon pantalon a glissé (…) Ils tiraient vers le bas quand même, mais je ne pense pas que c'était volontaire. Ils essayaient de me maîtriser. Et comme mon pantalon n'était pas bien attaché, il tombait". 

Par ailleurs, d'après le rapport de l'IGPN, la police des polices, "la finalité et les conséquences de ce geste n'étaient pas intentionnelles car il visait la cuisse pour faire plier la jambe de l'intéressé". 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !