Y a-t-il trop de profs ? Oui et il faut dégraisser le mammouth ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande veut créer 60 000 postes d’enseignant.
François Hollande veut créer 60 000 postes d’enseignant.
©Wikimedia/Tungsten

Surpopulation

Y a-t-il trop de profs ? Oui et il faut dégraisser le mammouth !

François Hollande veut créer 60 000 postes d’enseignants. Didier Migaud, au contraire, trouve qu’ils sont trop nombreux. Mais tous les deux ont quelque chose en commun.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il y de cela plusieurs années, un individu extrêmement dangereux déclara que le mastodonte de l’Éducation nationale avait atteint une taille critique et qu’il fallait dégraisser le mammouth. Ce personnage pervers et fanatique s’appelait Claude Allègre. Il était ministre de l’Éducation nationale.

Ces insupportables déclarations suscitèrent une légitime et massive indignation. Les syndicats enseignants hurlèrent : le crime de lèse-enseignant, un des pires qu’il soit, avait été commis ! Heureusement pour lui, l’individu fut déclaré irresponsable, ce qu’il était à l’évidence. Et il fut seulement – et promptement – chassé du gouvernement Jospin.

Aujourd’hui, un autre frénétique vient de récidiver le crime de Claude Allègre en déclarant que les enseignants étaient en surnombre et qu’ils étaient très mal utilisés. Un langage beaucoup plus feutré que celui de l’iconoclaste déjà cité. Mais pour dire exactement la même chose…

L’individu s’appelle Didier Migaud et il préside la Cour des comptes, un organisme qui connaît bien les budgets de la nation et l’utilisation qui est faite de l’argent public. Il ne risque rien : il n’est pas ministre de l’Éducation nationale. Son forfait n’est pas bien grave puisqu’il s’apparente simplement à un crime de lèse-Hollande. Et ça tout le monde, le président étant ce qu’il est et là où il est (au plus bas dans les sondages), s’en bat les couilles…

Pendant sa campagne électorale, François Hollande avait effectivement promis d’engraisser le mammouth de 60 000 postes supplémentaires. Il fallait bien se faire élire et les syndicats de profs, qui veulent toujours plus de profs et toujours moins d’heures de travail, ronronnèrent de plaisir. Un homme, Vincent Peillon, se dévoua pour mettre en œuvre cette appétissante promesse. Il n’y a, bien entendu, pas d’argent pour la rendre effective et de surcroit très peu de candidats pour cette profession peu enviable. Mais il fait comme si : il tient à son poste de ministre de l’Éducation nationale. Et c’est ainsi que les choses durent et perdurent. On remarquera que Didier Migaud est socialiste tout comme l’était Claude Allègre. Il y a nombre de socialistes compétents et honnêtes. Ce n’est pas le cas de tous.

Pour terminer sur une note plus gaie, on peut découvrir sur Atlantico une information intéressante qui s’inscrit parfaitement dans le débat sur les enseignants. Selon une revue scientifique anglaise, les mammouths n’ont pas, contrairement à une idée reçue, disparu de la planète à cause des chasseurs (les Allègre et les Migaud de l’époque) mais suite à la chute sur leurs régions de pâturage d’un énorme météorite ! Ainsi, en prenant le risque de publier cette nouvelle, Atlantico marque définitivement son ancrage à droite. Mais quand on aime (les météorites) toutes les audaces sont permises.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !