Voteriez-vous la confiance à Elisabeth Borne ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Elisabeth Borne prononcera son discours de politique générale le mercredi 6 juillet.
Elisabeth Borne prononcera son discours de politique générale le mercredi 6 juillet.
©Ludovic MARIN / AFP

Chiche !

Voteriez-vous la confiance à Elisabeth Borne ?

Il se peut que la question ne soit pas posée tant votre réponse est prévisible !

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le 6 juillet, Elisabeth Borne prononcera devant le Parlement son discours de politique générale. Le décret qui l'annonce a paru au Journal Officiel mais -et c’est une première- il ne mentionne pas un vote de confiance. 

Il s’agit pourtant d’une tradition démocratique. Même si ce n’est pas une obligation. Du côté des oppositions, on proteste contre ce jamais vu. C'est de bonne guerre… 

Le contenu du discours d'Elisabeth Borne est parfaitement prévisible. Il mentionnera à maintes reprises le nom du bien-aimé et génial président de la République qui transformera la France en pays de cocagne où tout le monde sera heureux.

Mais le résultat du vote de confiance n’est pas acquis, les macronistes n’ayant pas la majorité à l'Assemblée. Et de toute façon -les mélenchonistes, les lepénistes et Les Républicains étant très remontés- il s’annonce sanglant et houleux. 

Une configuration explosive pour le gouvernement ! Olivia Grégoire, la porte-parole d’Elisabeth Borne, a tenté d’en sortir par une pitoyable pirouette : "aucune décision n’a encore été prise. Et même si la question de confiance n’est pas citée dans le décret, ça ne veut pas dire qu’elle ne sera pas posée", a-t-elle déclaré. Chez les Normands, on dit ça autrement : "p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non".

Du côté d’Horizons, le mouvement d’Edouard Philippe, on insiste pour que la question soit posée. Car on redoute une motion de censure et en tout cas un débat encore plus sanglant. L’ancien Premier ministre a fait savoir à plusieurs reprises qu'il était un "homme libre". Libre d’emmerder Macron ? 

À Lire Aussi

Et si Macron prenait Valérie Pécresse comme Premier ministre ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !