Voilà pourquoi les suppléments de vitamine sont un gaspillage d’argent pour une large majorité de ceux qui y recourent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
La prise aveugle de vitamines ou de compléments alimentaires est au mieux inutile, au pire dangereux, selon une nouvelle étude.
La prise aveugle de vitamines ou de compléments alimentaires est au mieux inutile, au pire dangereux, selon une nouvelle étude.
©JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Compléments alimentaires

Voilà pourquoi les suppléments de vitamine sont un gaspillage d’argent pour une large majorité de ceux qui y recourent

Selon le Groupe de travail des services préventifs des Etats-Unis (US Preventive Services Task Force, USPSTF), il n'y a « pas de preuves » révélant que la prise de compléments alimentaires et de vitamines peut aider à prévenir les maladies cardiovasculaires et le cancer chez les adultes en bonne santé.

Christophe de Jaeger

Christophe de Jaeger

Le docteur Christophe de Jaeger est chargé d’enseignement à la faculté de médecine de Paris, directeur de l’Institut de médecine et physiologie de la longévité (Paris), directeur de la Chaire de la longévité (John Naisbitt University – Belgrade), et président de la Société Française de Médecine et Physiologie de la Longévité.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, notamment de "Bien vieillir sans médicaments" aux éditions du Cherche Midi, "Nous ne sommes plus faits pour vieillir"  chez Grasset, et "Longue vie", aux éditions Telemaque

Voir la bio »

Atlantico : En 2021, les Américains ont dépensé près de 50 milliards de dollars en vitamines et compléments alimentaires, attirés par des supposés effets positifs en termes de santé. Pourtant, sur la base d'un examen systématique de 84 études, les nouvelles lignes directrices de l'United States Preventive Services Task Force déclarent qu'il n'y a « pas de preuves » que la prise de tels compléments peut aider à prévenir les maladies cardiovasculaires et le cancer chez les adultes en bonne santé. Que vous évoque cette étude ? 

Christophe de Jaeger : Cette étude n’est ni la première ni la dernière sur le sujet et je m’associe complètement à cette réalité. La prise aveugle de vitamines ou de compléments alimentaires est au mieux inutile, au pire dangereux. D’ailleurs, on a bien vu que les gens qui prennent des vitamines E ou A avaient une plus de chances de développer certaines maladies, comme des cancers.  

Prenons l’exemple du sélénium impliqué dans la lutte contre les radicaux libres. Ce sont de petites molécules très réactives impliquées dans le stress oxydant qui est un des mécanismes forts de la sénescence. On sait que cette capacité de lutte contre les radicaux libres est liée à une chaîne complexe de molécules (vitamines, enzymes). Une première molécule va récupérer un radical libre, qui va ensuite le passer à une vitamine, puis à une autre molécule … Il y a donc une chaîne cohérente qui peut être bloquée par une carence ou un excès. Or, quand vous prenez des vitamines ou des polyvitamines, en cas de carences, vous ne pouvez pas forcément les corriger. Si vous avez un excès de sélénium et que vous en prenez plus, vous allez bloquer votre système biologique, qui est très fragile. C’est pour cette raison que la prise aveugle d’un certain nombre de vitamines peut être nocive.  

À Lire Aussi

L’obésité chez les cinquantenaires augmente leur risque de développer des formes de démence sénile

Les systèmes de lutte contre les radicaux libres peuvent en réalité impliquer des maladies cardiovasculaires, mais également des pathologies cancéreuses … Contrairement aux impressions primaires partagées par de nombreuses personnes, la prise de vitamine ne peut pas faire que du bien.

Alors que la prise de compléments alimentaires est sujet à de nombreux débats, voyez-vous des limites à cette étude ?

Là où cette étude est incomplète, c’est qu’en cas de prise d'oligo-éléments et de vitamines dans des conditions adéquates et sous contrôle, les résultats peuvent être étonnants. Tel une voiture, le corps humain doit être entretenu de manière régulière. Si un véhicule a suffisamment d’huile moteur, ce n’est pas la peine d’en rajouter.  

Mais cette étude est également incomplète sur d’autres points. Elle devrait mettre en avant le fait que si la prise d’une substance comme les vitamines C ou D n’est pas utile chez les personnes qui n’en manque pas, elle nécessite en fait, pour ceux qui en ont besoin, un véritable monitoring médical. La prise de vitamines ou autres substances doit répondre à des critères de diagnostic et de suivi d’ordre médicaux et ne pas juste répondre à des conseils d’amis aussi bienveillants soient-ils. 

Prenons l’exemple de la vitamine D. Ce n’est déjà pas une vitamine mais une hormone stéroïde. Cette faute sémantique est grotesque. Mais elle a un sens dans un pays qui n’aime pas les hormones et qui préfère appeler une hormone, vitamine afin que les personnes l’acceptent plus facilement et la prennent, si besoin… De plus, cette hormone, ou vitamine, ne joue pas seulement sur les os, comme on le laisse souvent penser. Elle est impliquée dans certains cancers, dans le métabolisme du muscle, au niveau immunitaire, au niveau du cerveau … Personne n’est véritablement en mesure de constater son besoin en dehors d’un dosage dans le sang. Mais il faut savoir qu’une prise trop élevée entraîne des complications neurologiques majeures, voire des pertes de connaissances, des insuffisances rénales qui nécessitent une réanimation. Pour les personnes qui ont réellement besoin de vitamine D, une évaluation médicale est donc absolument nécessaire et devrait avoir lieu tous les deux mois. La population française est pourtant carencée à 95% en matière de vitamine D !  

En somme, dans nos pays Occidentaux, la maladie est très bien codifiée et les professionnels sont très compétents. Pourtant, le domaine de la santé est laissé aux magazines, aux amis, aux vendeurs de vitamines… Le marché pèse des centaines de milliards sans aucun contrôle et personne ne réalise le risque sanitaire que cela engendre. 

À Lire Aussi

Une pilule produisant les mêmes effets que l’exercice physique serait en passe d’être développée 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !