Violence des manifs des Gilets Jaunes: et pourquoi ne ferait-on pas appel à Benalla ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Violence des manifs des Gilets Jaunes: et pourquoi ne ferait-on pas appel à Benalla ?
©LOIC VENANCE / AFP

Une idée pour Macron

Violence des manifs des Gilets Jaunes: et pourquoi ne ferait-on pas appel à Benalla ?

Son savoir-faire pourrait donner des merveilles. On ne plaisante qu'à moitié.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Sur les victimes des manifestations, le ministère de l'intérieur communique mezza voce.  Des omissions qui confinent au mensonge.  Mille policiers blessés, deux mille deux cents blessés chez les Gilets Jaunes.

Autant ne rien dire.  Où sont les blessés graves ?  Du côté de la police ? Bien sûr qu'il y en a eu. Et pourquoi le gouvernement ne diffuse pas les photos des policiers, des CRS et des gendarmes qui ont été amochés par des casseurs et des Gilets jaunes ?

Pour ces derniers, des images abondent.  Onze manifestants ont perdu un œil suite à un tir de flashball rebaptisé tendrement lanceur de balle de défense (LBD).  Défense, ça sonne vraiment bien et ça vaut un bouclier immunitaire.  On peut voir aussi des mâchoires trouées et des jambes explosées.  

Ces photos crient vengeance.  Et elles attisent la colère génératrice d'autres violences.  Un enchaînement infernal auquel il est urgent de mettre fin.  Pour cela, une seule solution: Alexandre Benalla!  Oui, c'est lui qui sauvera de l'opprobre général Castaner et Nunez.

Pour s'en convaincre, il suffit de revoir la célèbre vidéo du 1er mai 2018: avec son casque, Benalla frappe sans retenue un manifestant.  Ce dernier a eu certainement très mal mais n'a pas été éborgné et sa mâchoire est restée intacte.

C'est donc Benalla qu'il nous faut pour tenir tête aux Gilets Jaunes.  Pas juste un seul Benalla mais des centaines de Benalla: avec leurs casques, ils feront du bon travail.  En plus, ça fera plein de nouveaux potes pour Macron.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !