"Venus à la Fourrure" : graines de Molières | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Venus à la Fourrure" : graines de Molières
©Fabienne Rappeneau

Atlanti-culture

"Venus à la Fourrure" : graines de Molières

Marie Gillain et Nicolas Briançon méritent vraiment d'être vus dans cette version française d'un des grands succès de Broadway, ces cinq dernières années.

Jeanne Simoneau pour Culture-Tops

Jeanne Simoneau pour Culture-Tops

Jeanne Simoneau est chroniqueuse pour Culture-Tops.
Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

Théatre

La Vénus à la fourrure de David Ives, adaptation française : Anne-Elisabeth Blateau, mise en scène : Jérémie Lippmann, assisté de Aurélie Bouix, Avec Marie Gillain et Nicolas Briançon.

Thème

 Thomas Novachek, metteur en scène new-yorkais à la carrière peu florissante, vient d'adapter "La Vénus à la fourrure", tirée du livre de Sacher-Masoch.

Il termine une journée de casting pour le rôle principal féminin, qui s'est avérée être une véritable catastrophe. Complètement désespéré, il est sur le point de quitter son bureau lorsque Vanda Jordan, une ultime candidate, se présente. Très récalcitrant à accorder sa chance à cette jeune femme, à la dégaine plutôt vulgaire, Thomas va être incroyablement subjugué par les multiples interprétations proposées par la comédienne, sortie de nulle part. L'envoûtante Vanda ne va pas cesser de semer des doutes sur son identité et sa personnalité.

Le jeu de domination qu'avait imaginé Thomas pour ses personnages se retournera-t-il contre lui ?

Points forts

1- Marie Gillain : femme-fatale manipulatrice, lumineuse et sexy.

Quelle excellente surprise de la redécouvrir, comédienne à part entière, sur les planches, après douze ans d'absence !

Elle navigue avec une aisance stupéfiante dans les eaux troubles de Vanda / Wanda aux multiples facettes, tour à tour comédienne inculte et libertine, aristocrate dominatrice ou divinité vengeresse. Portant aussi bien guêpière et porte-jarretelles qu'une longue robe blanche, pour terminer nue, elle irradie sur scène, à des lieues de l'image de petite fille sage qu'on lui connaissait. Elle est formidable!

2- Nicolas Briançon : dans le rôle d'un artiste tyrannique métamorphosé en amant dominé, Nicolas Briançon est au top de son jeu d’acteur. Avec cette capacité exceptionnelle  d'incarner la vie, le plus simplement du monde. Soulignons tout particulièrement son impressionnante performance lorsque, inversant les rôles avec sa partenaire, il se met dans la peau de Vanda.

3- Une mise en scène inventive et sensuelle.

Dans un décor épuré, avec des jeux de lumières intelligents, le metteur en scène, Jérémie Lippmann, mène ce huis-clos à un rythme d’enfer. Les rôles s'inversent, la réalité disparait au profit du jeu pour mieux revenir.

 A noter également la musique originale qui accompagne le duo, signée par Charles Souchon et Nicolas Voulzy.

Points faibles

Dommage que dans cette valse dominant-dominé, l'on se demande parfois où l'on est, qui fait quoi, pour qui, pour quoi? 

En deux mots

 Du vrai théâtre ! 

Avec deux  acteurs au sommet, qui nous entraînent avec brio dans un jeu de manipulation-domination-soumission poussées à l’extrême. 

Voilà une pièce qui pose intelligemment toute une série de questions: sur les rapports hommes-femmes ou metteur en scène-comédienne, les désirs inavoués ainsi que les démons de l’obsession. 

Recommandation

ExcellentExcellent

Informations

Théâtre Tristan Bernard 

64 rue du rocher, 75008 Paris

Réservation: 01 45 22 08 40

www.theatretristanbernard.fr

Du mardi au samedi à 18h, 19h ou 21h, en fonction du jour.

Jusqu'au : 3 janvier 2015

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !