Uriner dans Paris est-il devenu un luxe ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
400 sanisetes sont installées dans Paris.
400 sanisetes sont installées dans Paris.
©Ville de Paris

Un vent nouveau sur l'info

Uriner dans Paris est-il devenu un luxe ?

Parmi les critiques récurrents des touristes en visite à Paris, le manque criant de toilettes publiques. Avec seulement 400 sanisettes réparties dans la capitale, la Ville de Paris en veut-elle à nos vessies ?

Claude  Lussac, Edouard Lefebvre et Marcel Benezet

Claude Lussac, Edouard Lefebvre et Marcel Benezet

Claude Lussac est éditeur et essayiste. Il est l'auteur de Pisser à Paris

Edouard Lefebvre est secrétaire général du Comité des Champs-Elysées.  

Marcel Benezet est restaurateur à Paris. Il est le Président de la branche bar, café, brasserie au sein du Synhorcat.

Voir la bio »

Atlantico : Y-a-t-il assez de toilettes publiques dans Paris ? 


Claude Lussac : Paris est plutôt bien doté en toilettes publiques, elle a des sanisettes dans un style propre à la ville. Il y en a plus de 400, mais c’est insuffisant. Il y a un vrai problème de toilettes publiques gratuites. Bien souvent, les gens doivent aller dans les cafés et consommer pour accéder aux toilettes. 
Je crois que la différence entre Paris et d’autres capitales vient du fait qu’il y a moins de toilettes publiques et moins d’entretien de ces toilettes. Les grandes enseignes sont conscientes du problème : par exemple, la Fnac Montparnasse a ouvert des toilettes il y a trois ans, mais ce n’est pas suffisant.

Edouard Lefebvre : En ce qui concerne les Champs-Elysées, il n’y a jamais assez de toilettes. C'est l'avenue, l’endroit le plus visité de France et de Paris, avec plus de 300 000 personnes par jour, ce qui correspond environ à la population de Bordeaux intra-muros.

On note deux choses :
- Le nombre de toilettes a augmenté aux abords des Champs-Elysées.
- Ce sont généralement les commerçants et les restaurateurs qui accueillent les visiteurs, ainsi que les points WC des toilettes payantes privées.

Marcel Benezet : Non, il n'y en a pas assez, il en faudrait au moins le double et je ne sais même pas si cela serait suffisant. Je me demande vraiment s'il est aujourd'hui possible d'enrayer ce phénomène de gens qui urinent partout. 

C’est un vrai problème, les touristes, quand ils rentrent chez eux, n’hésitent pas à souligner la saleté et la puanteur de la ville.Que ce soit dans le quartier des Halles, dans le Marais ou à Montmartre, c’est l’urine qu'on sent à Paris. Sur ce point, ils sont très méchants avec nous, et c’est tout à fait compréhensible. Il faut résoudre ce problème le plus rapidement possible, la capitale commence à avoir une image de plus en plus noire.

Comment peut-on expliquer ce manque de toilettes ? Est-ce pour des raisons d’incivilités, de dégradations ?

Claude Lussac : L’entretien des toilettes publiques est perçu comme une contrainte, mais c’est une idée que je conteste. On préfère faire des économies, en estimant que de toute façon cela ne changera rien.

Marcel Benezet : Les sanisettes coûtent cher. Il y a 10 ans, je me suis battu pour que JC Decaux fasse des toilettes gratuites. Mais vont-ils vouloir continuer de ne pas faire payer, je ne sais pas. (Pendant l'interview, un client du restaurant se plaint. Il est prête. Il crie qu'’il n’y a pas assez de WC et que les murs de son église sont devenus de véritables urinoirs)

Peut-on expliquer le manque de toilettes à Paris par une erreur de la politique de la ville, comme dans les quartiers populaires ?

Claude Lussac : Je ne pense pas que la Mairie de Paris souhaite mettre certains quartiers de côté. Au contraire, dans la mesure où il y a une pénurie de toilettes publiques, je pense que le choix est fait d'en rajouter dans les arrondissements où on a le moins d’institutions. Dans l’ouest parisien, vous avez beaucoup de musées, de grands hôtels, de centres culturels, de bibliothèques : ces lieux sont ouverts au public et disposent de nombreuses toilettes.

Je pense aussi que dans les quartiers populaires, certains établissements se protègent d’autant plus. Le vrai problème vient aussi d’un manque d’institutions dans les quartiers du nord-est.

Les touristes se plaignent t-il du manque de toilettes dans Paris ?

Claude Lussac : Je pense que c’est un très mauvais point. Sur les blogs américains, on voit que cette question tourmente. L’Américain moyen est confronté directement à ce problème. L’institut du tourisme aurait beaucoup à gagner à soigner l’accueil et de répondre à cette vraie demande. Les restaurants de Paris ont compris ce phénomène, ils ont soigné leurs restaurants. Les toilettes sont le premier passage et le dernier, il faut donc faire forte impression, c’est un peu comme une dissertation avec son introduction et sa conclusion.

Edouard Lefebvre : Non, car les touristes vont aux toilettes quand ils sont dans les restaurants ou les cafés. Tout le monde s’en arrange, mais il est vrai qu’il y a une demande. Les commerçants aussi se plaignent mais au final, ils restent philosophes sur la question.

Avant, on avait des toilettes publiques des années 80 avec les cloisons ondulées. Il y a 3 ans la ville a renouvelé le mobilier urbain. Ces toilettes sont gratuites, plus modernes, plus faciles à nettoyer, l’eau est récupérée. Il y a donc un aspect écologique.

 La ville a aussi réévalué le plan d’implantation de ses toilettes. Voilà pourquoi, on peut en trouver à la descente des sorties de cars à touristes à Cours la Reine. Ce n’est peut-être pas les Champs Elysées, mais en terme de qualité de l’accueil, c'est déjà ça. Les Champs-Elysées ne permettent pas une grande manœuvre, il y a énormément de kiosques, de lampadaires, de métros, de terrasses et de parkings... Ce n’est donc pas facile de trouver une place judicieuse pour mettre des toilettes publiques. 

Les architectes des bâtiments de France sont très prudents, voire conservateurs, dans l’installation de mobilier moderne au milieu d’un site historique.

Marcel Benezet : Complètement. J’habite rue d’Alsace, il n’y a pas une seule toilette dans la rue. Seule la gare de l’Est propose ce service et il est payant. Je ne comprends pas pourquoi la SNCF n’offre pas un service gratuit à ses clients. Parfois en tant que restaurateur, on est presque agressé verbalement car on refuse d’ouvrir la porte des toilettes de nos restaurants. Je paye 900 euros de facture d’eau tous les deux mois.

Je refuse que les personnes qui n’ont pas consommé entrent dans les toilettes du bar. Les gens rentrent sans demander ni même dire bonjour. On n’est pas là pour offrir des toilettes, on est ici pour offrir de la consommation. Cette situation s’est accélérée avec la multiplication des petites sandwicheries qui n’offrent aucun service de toilettes. Avant, on avait un problème de drogue à la Gare de l’Est, maintenant c’est l’urine. 

Je pense réellement qu’il est nécessaire de rajouter des toilettes, notamment vers des points stratégiques (sorties de gares, métro). On est aujourd’hui dans un pays vieillissant, les hommes ont de plus en plus de problèmes de prostate. Ce sont des gens très bien mais par manque de toilettes, ils sont obligés d’uriner dehors.

Pour nos lecteurs, quels sont les bons plans pour aller aux toilettes dans Paris ?

Claude Lussac : Dans les endroits qui méritent le déplacement, pour les amateurs de belles choses, il y a le musée Baccarat, place des Etats-Unis. C’est un endroit magique et gratuit. Pour les individus un peu plus coquins, il y a un endroit étonnant qui est le café Belushi’s, dans le 19ème arrondissement.

Edouard Lefebvre : Il y a-t-il des toilettes « historiques » près des Champs Élysées 

Peu de personnes savent que dans les jardins des Champs Elysées, il y a un petit bâtiment du début du siècle qui est '' des toilettes ''. Il ferme vers 17/18H, c’est dommage car il y a des infrastructures qui ne correspondent pas avec la tranche horaire. 

A l’inverse, allez-voir les toilettes modernes dans la Galerie Elysées 26 « point WC ». Les toilettes sont payantes mais ultramodernes, cela vaut le coup d’œil.

Contactée par Atlantico, la Ville de Paris n'a pas souhaité répondre à nos questions. Elle assure qu'il y a suffisamment de toilettes à Paris :

"Il y a 400 sanisettes gratuites, accessibles aux personnes à mobilité réduite, sur l’espace public parisien, nous-a-t-elle écrit. Vous les avez sûrement repérées. A ces sanisettes s’ajoutent quatre « lavatories » (Notre-Dame, Montmartre, Trocadéro et Champs-Elysées) dans des lieux particulièrement fréquentés par les touristes.

Ajoutez à cela les toilettes dans les cafés, restaurants, parcs, gares, musées, monuments, grands magasins, etc., et je ne pense pas qu’on puisse parler d’un déficit de ces lieux de confort."

Propos recueillis par Charles Rassaert 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !