Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Donald Trump Joe Biden démocrates républicains Etats-Unis vote Nixon Reagan Obama
©Mandel NGAN

God bless America

Une bonne nouvelle : Trump est (presque) battu. Une mauvaise nouvelle : Biden est (presque) élu

La Maison Blanche va sans doute devenir un peu grise.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Trump a fait de bonnes choses. Entre autres, et surtout, il a redonné un visage – certes grimaçant – à l’Occident. Mais il était vulgaire, brouillon, hâbleur et menteur.

Par comparaison Joe Biden est un être droit, dépourvu toutefois de toute envergure. Depuis toujours les Etats-Unis connaissent une régulière alternance entre présidents démocrates et présidents républicains.

Le problème n’est donc pas là, puisque pour l’essentiel les Etats-Unis restent les Etats-Unis. Il y eut de grands présidents démocrates : Roosevelt, Kennedy. Il y en eut de détestables : Obama en témoigne.

Il y eut de grands présidents républicains : Eisenhower, Reagan. Il en eut de pitoyables : Nixon, Bush et dans une moindre mesure, Trump. Plus que la couleur politique c’est la qualité des hommes qui comptait.

Il est beaucoup trop tôt pour trancher le cas de Biden. Mais on n’a guère de doute sur le diagnostic concernant les démocrates. Ce grand parti est devenu la caisse de résonnance de toutes les bien pensances caricaturales américaines. 

Comme la gauche française (enfin ce qu’il en reste) les démocrates ont plongé dans l’indigénisme et le black is beautiful. Ils font les yeux doux à l’Islam et aux racisés.

Ils n’ont plus aucune colonne vertébrale. Celle-ci est devenue tellement molle qu’elle se plie au moindre souffle identitaire. Naguère l’Amérique démocrate avait le visage souriant et moqueur de Woody Allen. Aujourd’hui que Dieu protège l’Amérique des démocrates…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !