Un premier roman, mais déjà un classique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Un premier roman, mais déjà un classique
©

Atlanti-culture

Un premier roman, mais déjà un classique

"Yaak Valley, Montana": violence ordinaire, l'Ouest américain démystifié. Smith Henderson, retenez bien ce nom, il pourrait aller très loin.

Serge Bressan pour Culture-Tops

Serge Bressan est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE

« Yaak Valley, Montana » 

de Smith Henderson

Ed. Belfond

592 pages

23 €.

L'AUTEUR

Né en 1973 à Missoula, Montana, Smith Henderson est un écrivain américain. Il a grandi dans une famille de cow boys  et de fermiers. Il a étudié à l’université les lettres classiques, été éducateur spécialisé et a travaillé dans la publicité avant d’écrire son premier roman, « Yaak Valley, Montana », qui fut l’objet d’enchères féroces chez les éditeurs américains. 

Cette entrée en littérature a été acclamée par la critique outre-Atlantique et récompensée par de nombreux prix, tant aux Etats-Unis (entre autres, le Montana Book Award) qu’en Europe avec l’International Dublin Literary Award et le Folio Prize. 

Face au succès de son premier roman dont les recherches et l’écriture lui ont pris huit années de sa vie, Smith Henderson, qui vit actuellement à Los Angeles, confie simplement : "Je veux balayer les clichés sur l’Ouest américain. Beaucoup de gens écrivent sur l’Ouest d’une façon très romantique, c’est une sorte de fétiche. Et c’est n’importe quoi ! On pense à tort que parce que le paysage est beau, les gens sont meilleurs. Non ! Ils sont pareils que partout ailleurs… » et d’ajouter : « C'est très prétentieux de vouloir écrire un livre ». 

THEME

Direction, le Montana. Des paysages grandioses pour décor. On est dans les années 1980, les années Reagan- acteur devenu président des Etats-Unis de 1981 à 1989… Direction, l’autre Amérique avec « Yaak Valley, Montana ». En presque 600 pages, le thriller social de Henderson emmène le lecteur dans le sillage de Pete Snow, assistant social connu pour son dévouement. On croisera aussi Beth, son ex-femme alcoolo ; Rachel, leur fille de 13 ans en fugue, ou encore Luke, son frère recherché par la police… Il y a aussi, dans Tenmile, petite ville perdue du Montana, des gens de peu, des largués sur le bord de la route sociale, des déglingués, des dingues et des paumés… Il y a également un gamin en piteux état avec un père violent et illuminé et aussi un autre, psychotique, retiré à sa mère furieusement antipathique, follement antipathique, et placé dans une famille d’accueil dont il violera le chien… 

Plus rien n’étonne Pete Snow, l’assistant social confronté à la violence ordinaire.

POINTS FORTS

-Un premier et étourdissant roman avec une écriture délicieusement romanesque.

-La nature sauvage du Montana, cadre rêvé pour un thriller social où transpirent l’oppression, l’hostilité.

-Une histoire tendue de la première à la dernière page.

-Une construction aussi impressionnante qu’admirable au service d’un style précis et cinglant.

-Des airs de famille avec les œuvres fortes de Cormac McCarthy, Jim Harrison ou encore T.C. Boyle, des auteurs au niveau desquels se place Smith Henderson dès son premier roman.

POINTS FAIBLES

-Dans un roman aussi étourdissant que « Yaak Valley, Montana », on pourrait pinailler et trouver quelques passages inutiles. Mais ce serait bien parce qu’il faudrait trouver au moins un point faible !

EN DEUX MOTS

 Des êtres instables, malheureux, à la grange de la société. Des décors grand format. Et une écriture percutante… tout est dans « Yaak Valley, Montana » pour faire du premier roman de l’Américain Smith Henderson un « livre déjà classique ». Une lecture aussi étourdissante qu’indispensable !

UNE PHRASE

Ou plutôt un extrait:

« Son chagrin aurait du finir par se tarir, mais l'injustice de la situation ne cessait de raviver sa peine. Son estomac endolori lui faisait un mal de chien. Les coups qu'il avait reçus étaient injustes. Une gamine trop frêle et orpheline, ça aussi c'était injuste. Sa propre fille disparue depuis si longtemps. Injuste. Le père de Katie l'avait plantée à Missoula avec une mère alcoolique. Ses parents à lui étaient morts. So, frère s'était évanoui dans la nature.

Pete était seul.

C'était ça, le truc. Cette solitude absolue. Comment c'était possible? ».

RECOMMANDATION

EXCELLENT Excellent

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !