UMP : 42% des électeurs de Nicolas Sarkozy seraient prêts à voter FN pour les prochaines élections locales | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marine Le Pen engrange les intentions de vote
Marine Le Pen engrange les intentions de vote
©REUTERS/Philippe Wojazer

Porosité

UMP : 42% des électeurs de Nicolas Sarkozy seraient prêts à voter FN pour les prochaines élections locales

Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien, près d'un tiers des Français (32%) ont une bonne opinion du Front national. C'est 20 points de plus par rapport à 2011.

Le Front national n'en finit pas de faire des émules. Alors qu'un sondage Ifop pour le JDD, publié dimanche 15 février, montre que 29% des Français "souhaitent" la victoire du Front national devant l'UMP et le PS, cette nouvelle étude d'Odoxa pour Le Parisien enfonce le clou. 42% des électeurs de Nicolas Sarkozy seraient prêts à voter FN pour les prochaines élections locales. Ils sont même 31 % à se dire prêts à voter pour Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Il faut dire que la politique de dédiabolisation a fonctionné. Près d'un tiers des Français (32%) ont une bonne opinion du Front national. Ce chiffre n'était que de 12 % en mars 2011, selon des données de TNS Sofres. De son côté, l'UMP est aussi remonté dans les sondages, avec un bond moins fort, avec 40 % d'opinions favorables en février 2015 contre 27 % en 2011.

Ainsi, la déception de la gauche au gouvernement a d'avantage profité au parti de Marine Le Pen, au détriment de l'UMP. Si seulement 8 % des électeurs de François Hollande en 2012 ont une bonne opinion du Front national, le score grimpe à 37 % pour les électeurs de Nicolas Sarkozy. Preuve que la frontière entre les deux partis est de plus en plus fine, 45 % des électeurs de Marine Le Pen en 2012 ont une bonne opinion de l'UMP. La droite va devoir trouver les réponses justes si elle ne veut pas une dispersion des voix avec le Front national.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !