Chiffres record du tourisme : Paris aspirateur à visiteurs malgré la crise et les Parisiens | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La capitale devrait afficher cette année encore un niveau record de touristes, notamment grâce aux étrangers.
La capitale devrait afficher cette année encore un niveau record de touristes, notamment grâce aux étrangers.
©Reuters

Etude

Chiffres record du tourisme : Paris aspirateur à visiteurs malgré la crise et les Parisiens

Des habitants peu accueillants, un coût de la vie parmi les plus chers du monde, mais qu’est-ce qui attire encore les touristes étrangers dans la ville lumière ?

Paris a la cote. Plus d'Américains, de Britanniques, de Chinois, de Japonais ou de ressortissants du Moyen-Orient, la capitale devrait afficher cette année encore un niveau record de touristes, notamment grâce aux étrangers. 

Les visiteurs internationaux sont 6% de plus par rapport à la même période de 2011, selon une étude publiée par le cabinet Protourisme qui porte sur les sept premières semaines de la saison d'été, alors même que les Français ont tendance à bouder la capitale avec un nombre de visites en baisse de 3,2% sur le premier semestre 2012. En cause ? La crise, les élections qui ont mobilisé quatre week-ends, et les ponts de mai qui ont pénalisé le voyage d'affaires, alors que les étrangers bénéficient d’un taux de change avantageux.

 

C’est donc grâce aux étrangers que la capitale devrait finir l’année sur une progression de 1,5% de touristes. En 2011, Paris avait accueilli 15,6 millions de visiteurs dont 8,4 d'étrangers, déjà un record. Si paris s’en sort bien, elle fait figure d’exception dans l’hexagone qui connaît un tourisme en berne par rapport aux années précédentes (-5% à la mi-août). 

 

Pourquoi les étrangers sont-ils toujours attirés par Paris au détriment des campagnes Françaises ou d’autres capitales européennes ? Elles reste la ville la plus visitée d'Europe suivie par Londres et Berlin. Certes, Paris  ne manque pas d’atouts. Son atmosphère romantique, sa cuisine, ses boutiques et ses monuments, font toujours rêver  les étrangers. L’image de marque de la Tour Eiffel a même été estimée à 434 660 milliards d’euros, selon une étude italienne, soit plus de cinq fois plus que le Colisée de Rome, en deuxième position de ce classement. Selon cette même étude, la « marque » de la ville est bien placée, en concurrence avec Londres et Sydney.

Mais Paris pourrait avoir du souci à se faire. Selon un sondage de Tripadvisor réalisé en 2008, Paris ne serait pas la ville idéale pour les touristes. Les 1400 voyageurs du monde entiers interrogés se sont plains de la saleté de la ville qu’ils considèrent comme la deuxième ville la plus sale d’Europe. Les touristes pointent également du doigt que cette ville est tout sauf "accueillante". Rien de nouveau sous le soleil. On se souvient de cette publicité du quotidien Le Parisien qui jouaient sde la réputation du caractère désagréable des Parisien. Le spot mettait en scène deux touristes asiatiques demandant leur chemin à un Parisien, qui leur indiquait délibérément la mauvaise direction, avant de terminer sur ce slogan : "Le Parisien, mieux vaut l’avoir en journal."

Les voyageurs interrogés par Tripadvisor avaient également mis un bémol au coût de la vie parisienne. Paris est considérée comme la ville la plus chère du monde selon une étude de The Economist qui ne s'intéresse pas aux pouvoirs d'achat des habitants des différentes villes pour établir son classement mais se focalise simplement sur le niveau des prix des biens et services. En temps de crise, alors que les vacanciers optent pour des vacances low-cost, Paris pourrait-elle se voir prendre sa place par une capitale européenne plus accueillant et plus abordable comme Berlin ? 

Atlantico a demandé son avis à Jean-Louis Caccomo, maître de conférences en sciences économique à l'université de Perpignan. Jean-Louis Caccomo est notamment spécialisé sur l'économie du tourisme. 

Atlantico : On constate des chiffres record du tourisme à Paris dopés par les étrangers, alors même que les Parisiens sont souvent décrits comme désobligeants. Comment expliquez-vous l'attractivité de la capitale

Jean-Louis Caccomo : Paris dispose d'un certain prestige, d'une réputation de marque et reste une référence en matière de tourisme. Par ailleurs, de nombreux efforts ont été réalisés en termes d'accueil, de pratique des langues étrangères et de mise en valeur du patrimoine. Et cette image des habitants qui ne sont pas accueillants n'est pas propre à Paris et se retrouve un peu partout car les touristes sont perçus comme des envahisseurs. Comparés à d'autres, les Parisiens sont peut-être même moins désobligeants parce que la ville a une longue tradition du tourisme. 

Pourquoi Paris a-t-elle tellement la cote ? Qu’a-t-elle de plus par rapport à Londres et Berlin ? 

Il y a un imaginaire autour de Paris qui est une ville souvent choisie par le cinéma et qui est représentante du patrimoine mythique de la France. Paris, c'est le luxe, la gastronomie, les musées, etc.. Londres a bénéficié des Jeux Olympiques, mais le tourisme à Paris n'a pas besoins d’évènements ponctuels, il est structurel. 

Paris est une ville très chère, à long termes les touristes ne risquent-ils pas de la bouder au profit de destinations low-cost ? 

Paradoxalement, les touristes à Paris relèvent de la clientèle de luxe. Les palaces et les hôtels de luxe ont encore battu des records de fréquentation. Avec la montée en puissance des touristes venus de Chine, du Qatar , le prix n'est pas un argument rédhibitoire. Ces touristes sont à la recherche de l'image de marque, des produits et des services à forte valeur ajoutée, comme les parfums par exemple. Si les Français se serrent la ceinture compte tenu du contexte de crise, le tourisme s'en sort bien grâce aux étrangers notamment à la recherche de luxe. 


En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !