Top 5 des jouets stars de Noël 2011 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Top 5 des jouets stars de Noël 2011
©

Hotte liste

Top 5 des jouets stars de Noël 2011

Quand Barbie donne rendez-vous à un Playmobil sous le sapin...

Franck Mathais

Franck Mathais

Franck Mathais est directeur de la consommation à La Grande Récré.

 

Voir la bio »

Atlantico : Plus que quelques heures d'attente... Savons-nous déjà quels seront les cinq jouets qui seront le plus vendus à Noël ?

Franck Mathais : Le jouet numéro un, en ces fêtes de Noël, ce sont les toupies de combat. Les toupies de combat se vendent individuellement, ou en lot avec une arène. Aujourd’hui, dans le top 10 des ventes de jouets, vous trouvez quatre toupies ou produits dérivés.

Les poupées Monster High arrivent juste derrière. Ce sont des poupées mannequins façon gothique, un peu vampires. Elles sont à la fois transgressives et très élégantes. Elles plaisent beaucoup aux jeunes filles.

Plus classique, les jeux de société comme le Monopoly ou le Trivial Poursuit se vendent très bien. Nous avons également des jeux d’action nouveaux comme l’Araignée Kipik avec sa superbe araignée et des insectes à sauver.

Les jeux de construction restent très présents avec Playmobil et sa Ferme de campagne.

Barbie aussi est toujours présente. Cette année, elle est très moderne avec sa Fiat 500. Très citadine donc.

 

Existe t-il toujours une rupture entre les petits garçons et les petites filles en matière de jouets ?

Les produits avec les super héros sont plutôt plébiscités par les garçons. Ces personnages sont dans le même esprit qu’eux : ils sont combattants. C’est ce qui les séduit et leur permet de s'identifier à leurs idoles. Pour les petites filles, l’imaginaire est plus contemporain, même si on retrouve des univers de princesses.

 

Comment expliquer le succès intemporel des jeux de société ?

Les jeux de société se vendent surtout à Noël. 60% des ventes se font sur le mois de décembre. Ils ont un grand succès car ils permettent le partage, l’amusement entre amis ou entre générations. Ces jeux bénéficient d’une demande forte mais surtout d’un cautionnement fort de la part des adultes. Lorsque l’on ne sait pas trop quoi offrir à Noël, les jeux de société restent donc des valeurs sures.

Dans les jeux de société, les plus plébiscités sont ceux avec des règles universelles et intemporelles. Des Monopoly, des Scrabble ou des Docteur Maboul sont des repères évidents vers lesquels on se retourne au moindre doute. On est à peu près certain de l’effet que ça va produire.

Le jouet est un cadeau. Il faut qu’il fasse plaisir à l’enfant. Soit il a été réclamé, c’est la première des raisons d’achat en magasin, soit l’acheteur évalue spontanément ce que pourrait vouloir l’enfant. Dans ce cas-là, le fait de connaître le produit est un avantage pour les adultes.

 

La concurrence des jeux vidéo ne se fait-elle pas trop sentir ?

Il y a deux types de jeux vidéo. Ceux destinés aux plus jeunes, notamment sur des consoles portables, offrent des jeux destinés spécifiquement à ce public avec des parties extrêmement ludiques qui se terminent. D’autres, pour les plus grands, basés sur la performance contre soi-même ou contre les autres en réseaux, visent les plus âgés.

L’univers du jeu vidéo est déconnecté de celui du jouet. Chacun de ces deux mondes vit sa propre vie. Le succès du jeu vidéo repose à la fois sur le succès des consoles et sur celui des jeux. Ces derniers temps, les consoles n’ont pas beaucoup évolué. Cette année, peu de jeux vraiment forts sont sortis pour les fêtes. Par contre, des applications sur les smartphones ont créé une forme de concurrence qui pénalise malgré tout le marché du jeu vidéo.

 

Les enfants ont-ils toujours le goût de jouets absurdes qui échappent continuellement à la compréhension des plus vieux ?

Il y a toujours des jeux transgressifs qui font malgré tout partie de l’univers du jouet. C’est souvent à la limite des farces et attrapes. Les enfants adorent rire, se faire peur ou rire de tout ce qui touche au "pipi caca".

Un jouet, c’est avant tout un jouet. Les parents l’acceptent parce qu’ils savent que ça relève du second degré. Un chien qui pète et fait des crottes, ce n’est pas plus déviant que certaines figurines de méchants, dans les gammes de super-héros, qui peuvent également être particulièrement horribles.

Pour les parents, il est important de comprendre l’usage qui est fait par l’enfant. Tant que ces jouets restent dans l’univers de l’amusement, il n’y a pas beaucoup de freins.

 

Propos recueillis par Romain de Lacoste

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !