Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Des fans de football brandissent des pancartes contre l'idée d'une nouvelle Super Ligue européenne devant le stade Stamford Bridge du club de Premier League de Chelsea à Londres en avril 2021.
©JUSTIN TALLIS / AFP

Triomphe de l'argent roi ?

Super Ligue : le foot, sport populaire… réservé aux riches

Après le revirement des clubs anglais, Andrea Agnelli (le président de la Juventus de Turin) a déclaré à l'agence de presse Reuters que l'absence des six clubs anglais rend impossible le projet de ligue fermée. Branko Milanovic revient sur ce projet de Super Ligue et décrypte la réalité du football moderne et de son modèle économique.

Branko Milanovic

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio »

Je devrais me sentir heureux. J'ai bien compris. Tout le chapitre 5 de "Capitalisme, seul" est une exposition de la marchandisation croissante de tout, y compris de nos loisirs et de nos vies ordinaires. Dans ma conversation de novembre dernier avec le magazine Forbes, j'ai dit qu'une ligue de football paneuropéenne était inévitable : les clubs sont gérés comme de pures machines à faire de l'argent, il y a simplement trop d'argent potentiel qui traîne, et les meilleurs clubs insisteront pour devenir plus exclusifs, et joueront principalement contre des équipes de force égale. Je pense aussi que ce n'est qu'une question de temps avant que le football international ne meure. Les propriétaires de clubs ne veulent pas exposer des joueurs pour lesquels ils ont payé des millions d'euros à des efforts inutiles et à d'éventuelles blessures en jouant dans des matchs qui n'ont que peu d'importance et ne rapportent rien financièrement. Pourquoi devrions-nous nous attendre à ce que certaines parties de notre vie ne soient pas entièrement commercialisées, alors que tout le reste l'est et que nous participons nous-mêmes avec enthousiasme à cette énorme commercialisation ? Nous le faisons en louant nos maisons, nos voitures, en signant des contrats prénuptiaux et de non-divulgation (ces derniers vendant ainsi notre droit à la liberté d'expression - pour le bon prix).

Le football est-il meilleur ? La réponse est "non". Il est exactement ce que nous voulons qu'il soit : commercialisé à l'extrême. Il fait exactement ce que l'expansion implacable du capitalisme hyper-commercialisé exige.

Alors, devrions-nous cesser de nous plaindre ?

Peut-être. Mais même si nous le faisons, nous ne pouvons pas ne pas nous rendre compte que ce que les douze clubs proposent de faire est encore un bond en avant dans cette direction regrettable (et dans une certaine mesure honteuse). Alors que la commercialisation croissante du football est en cours depuis plusieurs décennies, le football a essayé, au moins formellement, de préserver le prétexte de l'ouverture. Même lorsque la Ligue des champions (CL) a changé de format, passant d'une ouverture égale aux meilleurs clubs de tous les pays européens à l'attribution de plus de places aux ligues supérieures, elle n'a pas complètement fermé la porte. Les petits clubs des grands championnats pouvaient encore espérer accéder à la CL grâce à de bonnes performances dans leur championnat national ; les grands clubs des petits championnats pouvaient encore espérer, après plusieurs étapes de classement exténuantes, accéder à la C1. La porte était largement fermée à une compétition égale entre les grands et les petits clubs, mais elle n'était pas entièrement fermée.

Maintenant, elle est scellée.  Nous aurons 12, 16 ou 18 équipes qui s'affronteront éternellement entre elles, sans crainte de relégation et sans incitation, ou plutôt sans possibilité, pour quiconque d'accéder à cet auguste groupe. Il n'est même pas nécessaire de souligner à quel point on est loin de ce que le football/soccer a signifié au cours du siècle dernier, plus exactement de ses codifications mêmes en tant que sport international. Il a souvent été le véhicule d'aspirations politiques, sociales, économiques ou nationales ; il a été le lieu de rencontre lorsque tous les autres lieux étaient fermés ; il a été l'endroit où vous pouviez scander des slogans anti-gouvernementaux alors qu'ailleurs vous auriez été poursuivi par la police ou jeté en prison. C'était un lieu de mobilité sociale si vous étiez un joueur, ou de mixité sociale si vous étiez dans les tribunes. C'était un endroit où les gens restaient debout pendant quelques heures sous la pluie ou la neige pour regarder les joueurs qu'ils aimaient. Il n'a pas seulement créé de grands footballeurs, mais a valorisé les personnes ayant une individualité, des opinions et des croyances. Maradona n'était pas seulement grand parce qu'il a marqué de nombreux buts incroyables (y compris avec la main), mais parce qu'il a refusé de se taire, de jouer le jeu de la commercialisation extrême où les joueurs sont payés pour courir partout et ne jamais émettre la moindre opinion. Alors qu'ils sont des modèles à suivre comme le sont les automates.  

Le début de la Super Ligue met un terme formel à tout cela. Elle officialise en effet le stade auquel le football est malheureusement arrivé. Il ne s'agit pas d'un coup de tonnerre, mais d'une tempête prédite et prévue. Nous aurons, comme au tennis, une ligue de robots, contrôlée par leurs maîtres payeurs kleptocrates internationaux. Ils ne joueront que dans des pays sélectionnés (quatre dans le cas du tennis, peut-être trois ou quatre dans le cas du football), dans des stades sélectionnés, devant des publics sélectionnés, autorisés à ne dire que les platitudes les plus triviales. Ce sera la fin du football tel qu'il a essayé d'être pendant plus d'un siècle. Ce sera une sorte de jeu auquel nous pourrons jouer dans nos navettes, avec des joueurs qui semblent n'être que des créatures vivantes. 

Cet article a été initialement publié sur le blog de Branko Milanovic : cliquez ICI 

A lire aussi : Super Ligue de football : quand le football pourrit l'argent... 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !