Succession d'Aubry au PS : Désir prudent, Cambadélis conquérant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Harlem Désir prochain successeur de Martine Aubry ? Réponse ce mardi
Harlem Désir prochain successeur de Martine Aubry ? Réponse ce mardi
©Reuters

C'est bientôt fini

Succession d'Aubry au PS : Désir prudent, Cambadélis conquérant

Le suspense prendra fin ce mardi soir au PS. Martine Aubry annoncera avant minuit le nom de celui qui sera à la tête de la principale motion. Harlem Désir est favori.

"Harlem Désir va être choisi, c'est certain. Les jeux sont faits" disait un jeune militant PS récemment. Mais pour le principal concerné, la prudence est de mise. Pour lui, il n'a pas encore succédé à Martine Aubry. "Attendons (...). Je souhaite être le premier signataire de la motion qu'elle va soutenir avec le premier ministre", a dit Harlem Désir sur France Info.

Le numéro deux du PS s'est voulu toutefois résolument confiant, déclarant être "un candidat de rassemblement, de synthèse même, je l'assume. C'est un beau mot". "Dans ce moment, on a besoin que les socialistes dans leur diversité se rassemblent et j'ai montré ma capacité à rassembler", a-t-il ajouté. "Je suis le candidat de la démocratie militante, du rassemblement qui est indispensable pour soutenir le président de la République et de la poursuite de la rénovation" du PS engagée par Martine Aubry, a-t-il indiqué.

"Nous avons besoin que le Parti socialiste soit totalement mobilisé et rassemblé derrière ce président de la République et ce gouvernement pour expliquer le sens de cet agenda 2014", exposé dimanche soir par François Hollande, a relevé Harlem Désir.

De son côte Jean-Christophe Cambadélis ne baisse pas les armes et adresse quelques piques à son rival. "Harlem Désir veut donner l'impression qu'il est le candidat du gouvernement", a dit le candidat au premier secrétariat. "Moi je veux être le garant de l'indépendance des militants". Un discours véritablement différent. Mais pas certain que cela paie. D'ailleurs, croit-il encore en ses chances, alors que Désir fait désormais office de favori ? "Au Parti socialiste, tout est possible", répond-il. Le suspense prendra fin ce mardi soir avant minuit.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !