Sophie de Menthon : "La France est en train de se rendre compte que la politique économique de François Hollande ne fonctionne pas" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sophie de Menthon, présidente du Mouvement Ethic.
Sophie de Menthon, présidente du Mouvement Ethic.
©Reuters

L'interview Atlantico Business

Sophie de Menthon : "La France est en train de se rendre compte que la politique économique de François Hollande ne fonctionne pas"

La moitié des Français estiment que François Hollande mène une politique "pas assez favorable aux entreprises". C’est le résultat d’un sondage BVA pour BFM et Challenges publié en fin de semaine. Pour Sophie de Menthon, chef d’entreprise et présidente du Mouvement Ethic, le résultat de l’enquête est sans surprise.

D’après ce sondage, 50% des Français estiment que François Hollande n'en fait pas assez pour les entreprises. Est-ce votre avis ? 

C'est tellement évident ! Je pense cependant qu'il faut faire attention car en France, faire une politique pro-entreprise consiste, pour beaucoup, à faire des cadeaux, mais c'est beaucoup plus que ça. Je crois que finalement la politique économique de François Hollande, malgré les côtés négatifs qu'on lui connait a finalement une vertu. Il est en train de faire la pédagogie du pays malgré lui ! On se rend compte que l'assistanat ça ne marche pas, que même la gauche est obligé d'augmenter les impôts, que l'on ne trouve pas recette miracle sur le chômage, que l'on est obligé de reprendre ce qui a marché avant dans certains cas... La France entière est en train de se rendre compte que sa politique économique ne fonctionne pas.

A partir de ce sondage, quelles mesures sont, selon vous et votre mouvement, importantes pour que le Président en fasse plus pour les entreprises ?

Une mesure essentielle : laissez-nous vivre ! Il faut lâcher du leste en supprimant les niches fiscales, les effets de seuil, les interdictions de travailler... Il faut agir partout où l'on peut redonner de la liberté à l'entreprise tout en comprenant que la liberté c'est bien, mais que les effets ne sont pas immédiats. Il faut au moins un an. Je crois aussi que le pouvoir politique doit prendre l'engagement à chaque début de mandat que ce qu'il fait pour l'entreprise ne bougera pas pendant les 5 ans. Enfin, je suggère au président de la République que jeudi 17 octobre il souhaite une bonne fête à toutes les entreprises de France en félicitant l'initiative "J'aime ma boite" (Ndlr : Organisé par le Mouvement Ethic) qui a dix ans cette année, ce serait une bonne chose de faite!

Le gouvernement songerait à l'idée de remplacer la taxe sur l'EBE par un prélèvement sur l'excédent net d'exploitation. Cela va-t-il davantage dans le sens des entreprises ?

Vous savez comment réagissent les chefs d'entreprises que je côtois ? Ils éclatent de rire à entendre cette idée, voilà leur réaction ! Parce-que tous les 10 jours il y a un changement et leur fiscalité est remise en cause. Quand on dirige une entreprise, quand on a des actionnaires, des salariés et bien on a un plan de finances. Et selon ça, on décide des investissements, des embauches etc. Il ne faut donc pas donc pas changer les règles du jeu en permanence, c'est la première des mesures à prendre.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !