Soif de nouveautés ? 5 nouvelles boissons à ne pas rater cet été | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Soif de nouveautés ? 5 nouvelles boissons à ne pas rater cet été
©Flickr/Erin Kohlenberg

Avec ou sans glaçons

Soif de nouveautés ? 5 nouvelles boissons à ne pas rater cet été

Avec l'arrivée des beaux jours, les verres se vident à mesure que les terrasses se remplissent. Festives, bienfaisantes ou simplement gourmandes, voici 5 nouvelles boissons originales, lancées par des entrepreneurs, à connaître pour ravir vos amis.

Go On, la fête à la française

Lancée en mai 2012, Go On est une boisson qui se veut festive, moderne et naturelle. A base de vodka, de ginseng, de gingembre et de guarana, elle traduit la volonté de ses créateurs de proposer des alternatives aux boissons alcoolisées "de nos parents". L’entreprise qui compte 5 salariés, dont les fondateurs, cible prioritairement les 18-34 ans dont la consommation d’alcool a beaucoup évolué. "On passe d’une consommation régulière à une consommation collective et conviviale, nos produits s’adaptent à cette tendance" explique Pierre-Michel Couturier, un des fondateurs de Go On.

Le produit se décline en deux versions, caramel/mangue ou fruits rouges mais toujours à base de produits issus d’entreprises françaises, sans conservateurs ni colorants. Disponible auprès des grossistes, Go On commence son entrée sur le marché grand public en signant un partenariat avec Auchan. Mais les fondateurs de la start-up misent surtout sur le marché international. Déjà présent en Chine, au Cambodge et en Belgique, ces derniers tentent de pénétrer l’Inde, le Liban, la Corée et les Philippines. Leur ambition : vendre la boisson festive à la française… tout un programme !

Matahi : l’énergie naturelle et responsable

Produit à partir de pulpe de baobab, le brevage baptisé "Baobab Energy Drink" est une boisson énergisante entièrement naturelle et qui se targue de présenter des vertus bénéfiques pour l’organisme. Raphaël Girardin (31 ans) et Alexandre Giora (25 ans) en sont à l’origine. Ingénieurs agronomes, ils ont décidé de créer leur start-up en 2013, avec le soutien de l'incubateur d'entreprises de SupAgro Montpellier. Ils ont ainsi conçu cette boisson atypique, tout en veillant à s’inscrire dans une logique de développement durable. En effet, si Matahi conditionne ses boissons à Nîmes dans des bouteilles recyclables, elle a surtout crée, en collaboration avec une ONG locale pour la protection des baobab, une coopérative au Bénin gérée par des femmes afin de s’approvisionner.

Plutôt haut de gamme et citadine, la clientèle de Matahi semble conquise. Les petites bouteilles Baobab Energy Drink, qui sont distribuées dans plus de 300 points de vente en France et en Belgique, se sont vendues à près de 100.000 unités dès la première année.

XO Crème, une histoire de mariage

XO Crème, c’est avant tout une rencontre. Celle d’un ancien directeur marketing de Nokia et d’un producteur de Cognac dans le Poitou. De cette association originale est née la première crème de Cognac au monde. Au menu, des ingrédients français et naturels : un Cognac Extra-Old et du lait frais du Poitou-Charentes. Lancé depuis 2012, le produit se décline en 5 saveurs : chocolat, café, vanille, noix de coco et caramel. Enfin, marketing oblige, le positionnement se veut haut de gamme : comptez 35 euros pour 70 cl du précieux breuvage.

Si le produit existe depuis bientôt trois ans, on ne le trouve dans l’hexagone que depuis septembre 2014, chez une trentaine de distributeurs. Les deux entrepreneurs ont effet débuté la commercialisation par la Chine, Taïwan et les Etats-Unis, davantage amateurs de crème que nous autres Français. Prochaine étape pour l’entreprise, développer la commercialisation de XO Crème en Afrique et surtout, faire connaitre la marque auprès des barmans de l’hexagone. Les entrepreneurs sont d’ailleurs en train de développer une version de la crème sans saveurs pour les mixologues, de quoi ravir les amateurs de cocktails.

L’eau noire de Blk

BLK. C’est l’abréviation de black en anglais. Mais c’est aussi le nom d’une eau minérale venue de l’autre côté de l’Atlantique et qui fait le buzz dans le milieu du showbiz. Infusée aux "minéraux fulviques», sources de développement des plantes, l’eau Blk. est noire, comme le café. Pourtant elle possède bien les caractéristiques d’une eau minérale classique : de nombreux oligo-éléments des acides aminés et peu de sodium. Sans colorant ni additif, elle serait même recommandée par les spécialistes pour ses propriétés bénéfiques à l’organisme. Son PH élevé et la présence d’électrolytes sont en effet source de bienfait pour le consommateur.

Néanmoins, si Blk. se présente comme l’eau des stars, il n’est pas garanti qu’elle parvienne à séduire le marché français si facilement et de manière durable. Dépourvue de toute saveur, l’eau noire rompt avec la vision pure, et saine que l’on se fait de l’eau minérale habituelle. Les consommateurs apprécieront-ils cette curiosité hydrique rappelant l’échec de Coca Cola qui, à l’inverse, avait proposé il y a quelques années un coca transparent ? Phénomène de mode ou nouvelle habitude de consommation, Blk. ne propose pour l’instant son produit en France que chez Colette, et à un prix qui demeure encore assez élevé.

Springwave, une vague de bienfaits

Springwave c’est d’abord l’histoire de trois amis d’enfance réunis après leurs études avec l’envie d’aller titiller le secteur très concurrentiel des boissons et apportant le fameux "bénéfice santé" cher à notre époque. Ainsi, Springwave est-elle une boisson qui se veut régénérante grâce à son cocktail d’acides aminés et son ingrédient phare : la spiruline. Selon les fondateurs de l’entreprise, cette algue micro-marine est source de vitamines, riche en oligo-éléments, et permet de ralentir le vieillissement cellulaire tout en contribuant à la diminution de l’état de fatigue.

Lancée fin 2013, la start-up a travaillé pendant près d’un an et demi au développement du liquide, en association avec des laboratoires de recherche. Les trois entrepreneurs sont donc prêts à lancer la boisson qui devrait arriver dans les bonnes épiceries d’ici l’été. Pour les fondateurs de Springwave, c’est aussi un point de départ prometteur pour lancer, par la suite, d’autres produits à base de spiruline, qu’ils n’hésitent pas à qualifier "d’or bleu".

La petite mousse artisanale par Deck&Donohue

La micro-brasserie Deck&Donohue est le fruit de la rencontre entre deux passionnés de bières : l’Alsacien Thomas Deck, et l’Américain Mike Donohue. Brasseurs amateurs pendant des années, ils ont décidé d’ouvrir leur propre brasserie à Montreuil-sous-bois en 2014. L’originalité : une fabrication artisanale qui répond à une tendance des consommateurs à se tourner vers les produits locaux et de qualité. Offrant une gamme de 6 bières aux arômes singuliers, une bière de saison ainsi qu'une édition spéciale, les deux brasseurs font en effet le choix d’une production diversifiée s’éloignant des produits standardisés. Deck&Donohue, qui privilégie un circuit de distribution ciblé et s’adresse avant tout aux amateurs, propose ses bières dans une centaine d’épiceries, bars et restaurants parisiens.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !