Concilier socialisme et marché en 3 minutes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Concilier socialisme et marché 
en 3 minutes
©

Bonnes feuilles

Concilier socialisme et marché en 3 minutes

Socialisme et économie de marché sont-ils forcément inconciliables ? Pas pour les théoriciens du "socialisme de marché", qu'il ne vous faudra pas plus de trois minutes pour comprendre. C'est en tout cas le pari de l'ouvrage de Donald Marron, dont Atlantico publie les bonnes feuilles. Episode 2/2.

Donald Marron

Donald Marron

Donald Marron est professeur d'économie au Georgetown Public Policy Institute et dirige l'Urban Brookings tax Policy Center.

Il est l'auteur de 3 minutes pour comprendre les 50 plus grandes théories économiques (Le Courrier du livre, mai 2011).

3 minutes pour comprendre les 50 plus grandes théories économiques

Voir la bio »

Condensé en 3 secondes

L’État possède les moyens de production et détermine les prix, pendant que les entreprises sont gérées par leurs propres administrateurs. On gagne ainsi sur les deux tableau.

Réflexion en 3 minutes

La théorie semble très intéressante. En effet, comment trouver mieux que d’associer la rationalité du marché et une propriété « collective » des moyens de production ? Mais, dans ce cas, en quoi ce système diffère-t-il du capitalisme libéral pur ? Si les entreprises pratiquent la libre concurrence et si les investissements sont laissés à leur décision, qu’est-ce que cela change qu’elles appartiennent à l’État ou non ? Elles sont toujours motivées par l’appât du gain.

« La planification et les forces du marché ne constituent pas la différence essentielle entre socialisme et capitalisme. Une économie planifiée n’est pas la définition du socialisme, car elle existe également dans le capitalisme ; l’économie de marché existe aussi avec le socialisme. Les deux forces sont des manières de contrôler l’activité économique. »

Deng Xiaoping

Théorie en 30 secondes

Peut-on associer marché et moyens de production appartenant à l’État ? Certains économistes restent dans une tradition qui considère que c’est possible et que l’on gagne sur les deux tableaux.

Dans le modèle théorique traditionnel développé par l’Italien Enrico Barone et exploré ensuite par le Polonais Oskar R. Lange, l’État possède les moyens de production, et une autorité centralisée détermine les prix de façon empirique. S’il y a un surplus, les prix baissent ; dans le cas contraire, ils montent.

Par ailleurs, la plupart des entreprises ont une grande liberté de gestion et le rôle de l’organisation centrale est très faible – mais le gouvernement prend cependant les principales décisions d’investissement pour les infrastructures. C’est ainsi que coexistent le principe de propriété de l’État en matière de moyens de production et l’efficacité des mécanismes du marché.

Ce modèle n’a jamais été appliqué en tant que tel, bien que certains systèmes de style soviétique, dont l’URSS sous Mikhaïl Gorbatchev, aient tenté dans les années 1970 et 1980 d’en adopter l’idée principale – en limitant la planification centralisée et en accordant l’autonomie de gestion à certaines entreprises appartenant à l’État.

La Chine contemporaine – depuis la fin des années 1970 sous Deng Xiaoping – le Vietnam et le Laos ont les économies les plus proches du socialisme de marché, bien que le secteur privé y soit important et qu’aucune autorité ne fixe les prix.

______________________________________

Extraits de 3 minutes pour comprendre les 50 plus grandes théories économiques de Donald Marron (Le Courrier du Livre, mai 2011)

>> Voir aussi : La thérapie de choc grecque, en 3 minutes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !