Sextoys connectés : gardez votre livre en main, B. Sensory s'occupe du reste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sextoys connectés : gardez votre livre en main, B. Sensory s'occupe du reste
©B Sensory

La Start-Up du Jeudi

Sextoys connectés : gardez votre livre en main, B. Sensory s'occupe du reste

B. Sensory est une start-up qui lance le premier sextoy connecté à votre liseuse électronique. Chaque jeudi découvrez une start-up qui innove avec notre partenaire BonjourIdée.

  • B. Sensory imagine le sextoy connecté à la liseuse électronique : lisez, vibrez !
  • Fondée en 2014 par Christel Le Coq, l’entreprise s’apprête à lancer son application


Comment êtes-vous arrivé à la création d’entreprise ?

Doucement et un peu par hasard ! En 2009, après 15 années passées dans différents postes de dircom, j’ai rencontré à Brest une entrepreneuse qui venait de lancer sa boite dans le domaine de la réalité augmentée. Pendant 5 ans je suis restée associée, travaillant beaucoup sur les nouveaux usages mobiles, sur l’intérêt des ponts entre le réel et le virtuel, sur la convergence des médias… En 2012, nous avons édité la première BD « coquine » imprimée/animée avec des QR Codes permettant de voir ce qui se passe vraiment dans la tête des personnages. J’ai ensuite continué à réfléchir à ce qu’il serait possible de faire dans le domaine de l’édition et de l’érotisme, puis est venue l’envie de voler de mes propres ailes pour développer le concept B.Sensory.

Votre start-up ne commercialise encore pas ses services. Que proposera-t-elle ?

B.Sensory sera la première application de lecture de contenus érotiques connectée à la première gamme de sextoys pilotés par smartphone made in France. Elle conjugue le pouvoir érotique des mots au potentiel des objets connectés pour proposer une nouvelle manière de lire et prendre du plaisir. Un concept simple : Lisez, vibrez !

Comment cela fonctionnera-t-il ?

B.Sensory s’intéresse à la lecture numérique sensorielle. L’idée est de procurer au lecteur de vraies sensations physiques déclenchées automatiquement en fonction de ce qu’il lit, regarde, écoute. L’application permettra également de jouer avec un partenaire, y compris à distance.

La communication entre le smartphone et l’objet s’effectuera via une connexion Bluetooth et les sensations seront déclenchées de manière manuelle, automatique (après le lancement dans le livre d’une séquence audio, vidéo…) ou grâce à différentes sortes d’interactions avec le smartphone (le secouer, souffler sur le micro, toucher l’écran…). Plusieurs types de contenus seront proposés dans l’application : nouvelles, textes enrichis de contenus multimédias, romans interactifs, BD… Ils seront apportés par des éditeurs et des auteurs qui pourront, via la plate-forme B.Sensory, rendre leurs textes «vibrants» avant de les publier dans l’application.

Pourquoi cette idée pourrait marcher ?

Le concept B.Sensory s’appuie et répond à plusieurs tendances fortes. Tout d’abord l’utilisation des sextoys qui devient de plus en plus courante et banalisée. Le marché mondial étant déjà estimé à 22 milliards de dollars. À cela s’ajoute le succès croissant de la littérature érotique, notamment au format numérique. Enfin, le boom annoncé des objets connectés offre de nombreuses opportunités dans la mesure où encore peu de produits érotiques sont disponibles.

Avez-vous des concurrents sur le marché ?

Actuellement, aucune offre ne combine littérature érotique, sextoy et mobile. B.Sensory souhaite donc se positionner rapidement sur ce marché encore ouvert en proposant un concept inédit, innovant et original qui conjugue l’attractivité de la lecture érotique numérique au potentiel des objets connectés.

S’il existe déjà quelques modèles de sextoys pilotés par smartphones, aucun n’est connecté à la lecture de contenus érotiques et aucune référence française n’est pour l’instant disponible.

Quel sera votre business model ?

Le modèle économique B.Sensory s’appuie sur plusieurs sources de revenus récurrents : la vente de contenus (livres, services, jeux in-app…), les abonnements à la plateforme (auteurs, éditeurs, marques…), ainsi que la vente de licences d’exploitation des objets.

Il comprend également : la vente des sextoys, la commercialisation de coffrets «co-brandés » en éditions limitées et la création d’applications de «lecture sensorielle» en marque blanche.

Par ailleurs, d’abord ouvert aux clients francophones, le service B.Sensory a vocation à rapidement être internationalisé via la mise à disposition de contenus en anglais.

Que peuvent faire nos lecteurs (investisseurs, early-adopters, curieux..) pour vous ?

B.Sensory a lancé sa campagne de crowdfunding depuis le 8 mars 2015. Objectif, pré-vendre un maximum de coffrets pour financer la fabrication de notre première série. Pour réussir nous avons besoin d’accroître notre communauté et de trouver un maximum de relais (journalistes, blogueurs, curieux, lecteurs, early-adopters, distributeurs…).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !