Racisme en France : Christiane Taubira pose une bonne question mais elle le fait maladroitement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Christiane Taubira a souhaité alerter dans le journal "Libération" d'hier sur la "dérive de la société française".
Christiane Taubira a souhaité alerter dans le journal "Libération" d'hier sur la "dérive de la société française".
©Reuters

Confusion

Racisme en France : Christiane Taubira pose une bonne question mais elle le fait maladroitement

Si Christiane Taubira réagit en toute légitimité aux attaques répétées contre sa personne, il ne faut pas pour autant que la question du racisme devienne un pivot politique aux dépens d'autres maux non moins négligeables.

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy

 

Jérôme Leroy : est écrivain et journaliste au sein de la rédaction de Causeur
 

Voir la bio »

A lire sur le même sujet : Progression du racisme en France : ce qui justifie (ou non) les inquiétudes

Atlantico : Rappellant les saillies clairement racistes dont elle a été la cible ces dernières semaines, Christiane Taubira a souhaité alerter dans le journal "Libération"d'hier sur la "dérive de la société française". Peut-on dire que ces sorties soient révélatrices d'un racisme de plus en plus désinhibé en France ?

Jérôme Leroy : Il faut voir d'où viennent ces déclarations en premier lieu. Quoi que l'on en dise, on ne peut être indifférent au fait de voir une femme noire se faire traiter de "guenon", d'autant plus qu'il s'agit d'une ministre, pratiquement la seule au gouvernement, qui représente une pensée de gauche. Je ne voudrais pas "hurler avec les loups" mais il n'y a rien d'innocent dans un tel acte, assez grave du reste lorsque l'on y réfléchit à deux fois.

Peut-on parler d'un acte isolé ou d'un fait représentatif de la société française actuellement ?

Difficile d'y répondre. Je sais qu'il faut néanmoins faire attention à une certaine contre-tendance observable actuellement. L'antiracisme né dans les années 1980 est loin d'avoir produit des résultats formidables, à cause d'une certaine naïveté qui a finit par être totalement contre-productive au regard de l'état actuel des tensions de la société française. Des personnalités conséquentes, à gauche comme à droite, ont d'ailleurs averti des dérives du phénomène, mais l'on peut se demander s'il n'est pas aujourd'hui nécessaire de mettre des limites à ce qui est devenu "l'anti-antiracisme". Cette pensée partait au départ d'une très bonne intention en refusant de tomber dans la naïveté, en alertant sur la montée des communautarismes et en rappelant la nature des valeurs républicaines. On voit cependant qu'une partie de la droite la moins complexée peut se mettre à confondre cet "anti-antiracisme" avec le racisme tout court, en profitant ainsi pour donner un vernis acceptable à des propos qui ne le sont pas.

Quelle est selon vous la justification politique de cette démarche ?

Je ne pense pas que la ministre de la Justice soit entrée dans une démarche politicienne en tentant d'allumer un contre-feu médiatique, bien que l'on puisse être premièrement tenté par une telle explication. Qu'une ministre puisse être publiquement traité de "guenon" pose un vrai problème, bien que d'aucuns soient tentés de dire que la résurgence de crispations ethniques semble logique en temps de crise économique prolongée. Nous en sommes visiblement arrivés à un point où il est nécessaire de faire attention à ce qu'on laisse dire afin de ne pas exacerber une situation sociale de plus en plus tendue. On peut toujours dénoncer une tentative de récupération par un gouvernement en difficulté, mais ce ne sont pas François Hollande et Jean-Marc Ayrault qui ont envoyé des personnes sur place pour traiter Mme Taubira de guenon, le fait en soi reste ce qu'il est.

L’événement en soi peut-il se transformer en bataille politique, ou reste t-on dans une séquence isolée ?

A mon avis, ni l'un ni l'autre. Je ne pense pas qu'on ait affaire à un incident anodin, mais il ne faudrait pas non plus que le thème du racisme devienne un pivot politique, puisque cela reviendrait à ignorer toute une série d'autres domaines. Encore une fois cependant, on ne peut pas faire comme si rien n'avait eu lieu et passer outre. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !