Quel intérêt? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Quel intérêt?
©

Atlanti-culture

Quel intérêt?

Christine Geliot-Lallour pour Culture-Tops

est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/jolie-petite-guerre-pour-voir-conflit-vietnamien-autre-jour-marcelino-truong-critique-roman-culture-tops-1051046.html#haDhCQSFJaMAkgzS.99

Christine Geliot-Lallour est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Show.

Voir la bio »
LIVRE
 
LE BON FILS 
 
de Denis Michelis 
 
Ed. Notabilia (Noir sur Blanc) 
 
L’AUTEUR
 
Denis Michelis est un homme de médias. 
Elevé en Allemagne, il suit des études de lettre à Lille, séjourne aux Etats-Unis et obtient un diplôme de journaliste à l’UBA de Bordeaux. 
Il travaille pour plusieurs émissions de télévision, et dans des rédactions françaises et allemandes.
Il est l’auteur de nombreux articles et traductions. 
Après « La chance que tu as » (Stock, 2014), « Le bon fils » est son second roman.
 
THEME 
 
Un adolescent et son père, qui se martyrisent mutuellement, s’installent en tête à tête à la campagne après l’abandon de la mère. Le père est déprimé et inactif. Le fils, en révolte et bourré de complexes, s’exaspère de tout et fait une rentrée scolaire lamentable. Quand arrive un beau blond, ami du père, qui prend dans cette famille la place du sauveur. 
 
POINTS FORTS 
 
L’édition : elle est très élégante avec son papier de qualité et sa page de garde rouge…. 
 
POINTS FAIBLES
 
1) La psychologie des personnages. 
Le père rejette le fils. Tout ce qu’il lui dit est odieux et vise à lui donner une mauvaise image de lui-même : une attitude ni justifiée ni plausible. 
Le fils se laisse faire, en « tirant la gueule » et en râlant vaguement, comme il va se laisser faire pour accepter l’aide de l’homme blond. Au passage on assiste à ses émois onanistes et boutonneux. 
L’homme blond, on ne comprend absolument pas ce qu’il vient faire là. Dans un entretien avec le site Babelio,  Denis Michelis parle d’un personnage démoniaque. Et pourtant on est loin de « Harry, un ami qui vous veut du bien » (film de Dominique Moll). C’est un type qui vient de je ne sais où et qui se rend disponible pour faire de ce mauvais fils un bon fils. C’est très gentil, et tant mieux pour eux, mais sa motivation est complètement floue.
Les personnages secondaires, profs et copains de lycée, plus antipathiques les uns que les autres, ne relèvent pas le niveau de l’analyse. 
 
2) Le style, l'atmosphère. Le narrateur, l’adolescent, mélange rêve et réalité pour créer une sorte de climat auquel je n’ai pas été sensible. On trouve des tics, comme le « salon traversant » et « mademoiselle Gheorghe avec deux h », qui reviennent cent fois. L’humour n’est pas convainquant. Les dialogues sont mêlés au texte de fond: pourquoi faire comme tout le monde ?  
Le contexte. Une campagne même pas belle, une maison franchement moche, un lycée quelconque.
 
EN DEUX MOTS
 
Ce style, cet humour, cette ambiance glauque, cette absence d’enthousiasme, tout cela peut intéresser du monde puisque l’ouvrage a été édité et même très soigneusement édité. Et qu'on en a parlé. 
Personnellement, je n’ai pas accroché du tout et je le regrette. Je ne garde rien de ce livre, aucune émotion, aucun plaisir, aucune surprise, aucun enrichissement, rien. A ce point, c’est rare...
 
UNE PHRASE
 
Ou plutôt un extrait, mis en exergue au centre d’une page blanche: 
     « Je t’ai demandé s’il restait encore du riz.
        Mais bon sang tu m’écoutes à la fin ?      
        Mon père joue les indignés.
       Manger, manger, manger. Qu’est-ce que vous savez faire à part manger, traîner et vous masturber ? »
(cf plus haut...)
 
RECOMMANDATION
 
BOF !
 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !