Que représente Samia Ghali au PS ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Samia Ghali et Martine Aubry
Samia Ghali et Martine Aubry
©Reuters

Icône de la diversité

Que représente Samia Ghali au PS ?

La sénatrice socialiste Samia Ghali, qui avait appelé l'armée à la rescousse dans la cité phocéenne, est officiellement candidate à la mairie de Marseille. La maire des 15e et 16e arrondissements demande à Harlem Désir, le premier secrétaire du PS, de mettre en oeuvre des primaires comme mode de désignation du représentant du Parti socialiste.

François  Tonneau

François Tonneau

François Tonneau est journaliste pour le quotidien La Provence.

Voir la bio »

Atlantico : La sénatrice socialiste Samia Ghali, qui avait appelé l'armée à la rescousse dans la cité phocéenne, est officiellement candidate à la mairie de Marseille. Que représente-t-elle à Marseille et au PS ?

François Tonneau : Samia Ghali est maire des 15e et 16e arrondissements dans les Quartiers nord de Marseille. Elle est également sénatrice depuis 2008. Elle est élue grâce à l'appui de Jean-Noël Guérini dont elle était numéro deux sur sa liste aux municipales de 2008. Si celui-ci avait été élu, elle aurait été sa première adjointe. Samia Ghali est née dans les Quartiers nord et c'est la seule élue marseillaise d'envergure à être issue de l'immigration. Depuis la chute de Jean-Noël Guérini, il n'y  a plus de leader naturel à Marseille.

Samia Ghali est la quatrième à se mettre sur les rangs d'une possible primaire après Eugène Caselli, président de la communauté urbaine, Patrick Menucci,député et maire d’arrondissement et Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées. En terme de réseaux et de passé politique, Samia Ghali reste en retrait par rapport à ces personnalités qui existent à Marseille et au PS depuis 30 ans. Elle n'a pas le même poids politique. Samia Ghali a acquis sa notoriété grâce à sa sortie sur l'armée dans les cités. Pas sûr qu'elle se serait lancée dans ce combat là sans cette nouvelle notoriété médiatique...

Sa nouvelle notoriété médiatique peut-elle lui permettre de devenir "une icône de la diversité" comme Rachida Dati ou Najat Vallaud-Belkacem ?

Je ne crois pas. A Marseille en tout cas, elle se présente comme une élue de terrain très proche des gens. Il faudrait qu'elle soit appelée au gouvernement et façonnée par le Parti socialiste et le monde médiatique parisien. Il ne faut pas injurier l'avenir, surtout en politique... Mais à Marseille, son étiquette "proximité" n'en fait pas une icône. Le contexte marseillais est très particulier. Il n'y a jamais de parachutages politiques, plutôt des gens du cru qui s'imposent petit à petit. C'est le cas par exemple de Marie-Arlette Carlotti qui est devenue ministre sans devenir une star.

Son profil atypique peut-il être un atout pour un Parti socialiste qui cherche à renouer avec l'électorat populaire ?

Pourquoi pas ? C'est difficile à dire car d'autres ont ce même profil. Sa sortie sur le recours à l'armée à Marseille est un coup médiatique qui l'a un peu dépassée. Au départ, elle tape du poing sur la table, mais n'imagine pas que sa petite phrase va avoir un tel retentissement. Petit à petit, elle a appris à gérer sa notoriété, à tenir la distance sur les plateaux télé et à tenir tête à certains experts. Elle a donc des capacités.Cela dépendra avant tout de la volonté du gouvernement.

Je crois néanmoins que les socialistes ont davantage l'habitude de la diversité que la droite à l'époque de l'éclosion de Rachida Dati et Rama Yade. Le Premier secrétaire du Parti socialiste s'appelle Harlem Désir. Je ne pense donc pas que la gauche s'amusera à la jeter en pâture aux médias.

A l'inverse, ses prises de position fracassantes ne risquent-elles pas de la desservir ?

Samia Ghali a pris une prise de position fracassante et a ensuite largement surfé sur la vague. En même temps, il ne faut pas oublier qu'elle est sénatrice-maire. Elle a donc aussi sa part de responsabilité dans les difficultés des Quartiers nord de Marseille. Quand, on est en responsabilité on doit avoir les moyens de faire autre chose que de pousser "des coups de gueule" dans les médias.

Elle a agacé une partie de la classe politique, notamment le maire Jean-Claude Gaudin, mais aussi ses camarades socialistes qui se sont sentis soudain débordés. En se déclarant candidate, Samia Ghali ne pense pas forcément l'emporter. Cependant, elle se positionne et prend date pour l'avenir.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !