Quatre ans de prison pour ça ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La couverture de Charlie Hebdo représentant Recep Tayyip Erodgan n'a pas été appréciée par les autorités turques.
La couverture de Charlie Hebdo représentant Recep Tayyip Erodgan n'a pas été appréciée par les autorités turques.
©Charlie Hebdo

Justice turque

Quatre ans de prison pour ça ?

C'est ce que risquent les journalistes de Charlie Hebdo (s'ils se rendent à Ankara).

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La caricature a été jugée « offensante, obscène et insultante » pour Erdogan. Un procureur turc a donc inculpé quatre journalistes de Charlie Hebdo. Ces chefs d'accusation sont habituellement sanctionnés par quatre ans de prison.

Reproduire ici cette caricature vaudra-t-il à Atlantico d'être accusé de complicité ? C'est possible. Dans cette hypothèse, la direction du site serait bien avisée de ne pas se rendre en Turquie. De toute façon, il n'y a plus rien à voir là-bas, la basilique Sainte-Sophie ayant été transformée en mosquée.

Nous avons hésité avant de publier cette caricature. Non pas parce qu'elle serait offensante pour Erdogan mais parce qu'elle le montre sous un jour beaucoup trop viril. Or, nous avons un sérieux doute sur la question : les filles de son harem nous ont confié que le numéro 1 turc n'était pas une épée...

En même temps, nous nous interrogeons sur la relative mansuétude de la justice turque. Car quatre ans de prison, c'est pas cher payé. Quand on offense le prophète de Médine, on est décapité. Pourquoi la même jurisprudence ne s'applique-t-elle pas quand on insulte le prophète d'Ankara ?

Les journalistes de Charlie Hebdo peuvent toutefois dormir tranquille : la France n'extrade pas ses ressortissants. Voilà qui peut irriter Erdogan. Il pourrait envoyer ses janissaires fondre sur nous.

C'est pourquoi, par précaution, j'ai décidé de m'installer à Strasbourg. Là-bas, je ne risque rien. La municipalité écologiste de la ville a en effet décidé d'accorder une subvention de 2,5 millions d'euros à une association musulmane qui construit une mosquée.

Cette association islamiste est d'obédience turque. Et son parrain, son maître, son inspirateur, c'est Erdogan. Il épargnera donc Strasbourg. Il est vrai que là-bas, on mange de la choucroute avec des morceaux de porc. Mais avec les écologistes au pouvoir, ça peut s'arranger...

La subvention accordée à la mosquée de Strasbourg a choqué Marlène Schiapppa et Gérald Darmanin. Ils ont accusé les écologistes de pactiser avec le fondamentalisme islamique. Outrée, la direction d'EELV a porté plainte pour diffamation. Le procès sera intéressant à suivre. Surtout s'il se tient à Ankara...

À Lire Aussi

Turquie : quatre journalistes de Charlie Hebdo ont été inculpés pour « insulte » envers Recep Tayyip Erdogan

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !