Quand la crème de la crème des experts de la cybersécurité française laisse fuiter ses propres données | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Quand la crème de la crème des experts de la cybersécurité française laisse fuiter ses propres données
©Omar TORRES / AFP

Clusif

Quand la crème de la crème des experts de la cybersécurité française laisse fuiter ses propres données

Le Clusif, club regroupant les meilleurs spécialistes de la cybersécurité en France, a tranquillement laissé fuiter les données personnelles de ces membres. Une erreur humaine qui jette vient questionner le crédit à donner à cette structure.

Adrien Pittore

Adrien Pittore

Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.

Voir la bio »

La boulette… – 700 fiches individuelles et les coordonnées de près de 1 500 responsables en cybersécurité de grandes entreprises et hauts fonctionnaires. Voilà ce qui était librement accessible sur le net il y a encore peu. Des milliers de données personnelles, sensibles et confidentielles qui étaient librement consultables par absolument tout le monde. 

Les fuites de données de ce genre sont légion. Dans nos colonnes, nous mettions récemment en lumière le fait qu’Apple, par le biais de son application Attain, puisse mettre tranquillement la main sur des dizaines de milliers de données de santé, donc personnelles, d’usagers. Seulement, ce genre de fuite fait encore plus tâche quand elles touchent le gratin de la cybersécurité française. 

La présidence de la République touchée par la fuite

Le Club de la sécurité des systèmes de l’information français, surnommé Clusif, avait simplement rendu disponible la liste de tous ses membres avec en bonus, leur adresses mails et leurs numéros de téléphone, portables compris précise Le Canard Enchaîné. Et pas besoin d’être un disciple des Anonymous pour mettre la main sur ces données. Il suffisait simplement de lancer Bing, le navigateur Microsoft, de chercher les mots « Clusif » et « CSV » pour tomber sur tous les documents Excel concernés. 

Une faille qui surprend que le club explique « lutter contre l’exposition au risque » et agir « pour la sécurité de l’information ». Parmi les personnes ayant subi la fuite, on retrouve pêle-mêle : le chief information security officer de la présidence de la République, l’officier de sécurité, l’inspecteur en chef et le responsable infrastructure de l’Autorité de sûreté nucléaire ou encore une vingtaine d’experts de l’état-major des armées. Bien évidemment, tous les « patrons de la sécurité informatique délégués » à Matignon, au Sénat, au ministère de la Justice, à Bercy… étaient aussi concernés. 

La faille a depuis été colmatée. Seulement, elle jette le trouble sur la compétence de ceux qui sont reconnus comme étant les experts français de la cybersécurité, qui font partie d’un club ultra-sélect (on ne parle pas seulement de ne pas rentrer en boîte en étant accompagné et sans basket) et qui gèrent, au quotidien, la cybersécurité d’institutions et de structures sensibles. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !