Pourquoi la raison pour laquelle les couples déménagent plus pour le travail du mari que celui de la femme n'est pas celle qu'on croit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Les déménagements effectués pour raisons professionnelles sont bien plus le fait du mari que celui de l'épouse.
Les déménagements effectués pour raisons professionnelles sont bien plus le fait du mari que celui de l'épouse.
©Reuters

Bougeotte

Pourquoi la raison pour laquelle les couples déménagent plus pour le travail du mari que celui de la femme n'est pas celle qu'on croit

Les études vont toutes dans le même sens : quand un couple déménage pour des raisons professionnelles, c'est dans la majorité des cas parce que le mari change de poste. Malgré l'affaiblissement des inégalités hommes-femmes la tendance ne change pas... mais les raisons ne sont pas seulement financières.

Xavier  Camby

Xavier Camby

Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime également le site Essentiel Management .

Voir la bio »

Atlantico : Selon une étude parue dans le journal Demography (lire ici), les déménagements effectués pour raisons professionnelles sont bien plus le fait du mari que celui de l'épouse. Pourquoi, malgré l'égalisation de la formation, des salaires et des états d'esprit, cette tendance est-elle aussi peu changeante, même quand elle n'est pas motivée par une raison financière ?

Xavier Camby : Il s'agit d'une étude américaine, si je ne m'abuse. Je le sais pour avoir vécu en Amérique du Nord, certaines réalités d'outre-atlantique sont beaucoup moins vraies en vieille Europe. Pour tout mouvement ou changement de comportement démographique, l'échelle de temps est très longue. Nous pouvons compter en générations, chacune durant environ 25 ans. L'égalité homme femme est une très heureuse tendance, qui évolue assez rapidement. Mais nous n'en sommes qu'à la génération 2 ou 3... Parmi les milliers de managers que j'ai pu rencontrer et qui se proposaient de changer d'emploi, la mobilité du couple - donc celle du conjoint - a toujours été un facteur essentiel et déterminant. J'ai pour ma part, vu autant d'hommes que de femmes refuser des opportunités très intéressantes, voire exceptionnelles, pour l'excellente et très légitime raison de ne pas contrister leur conjoint, ni nuire à l'exercice de sa profession, ou encore de sa carrière.

Une explication réside aussi dans la nature des emplois occupés : les hommes choisissent des postes peu mobiles géographiquement, dans l'industrie ou dans des lieux d'activité incontournables, là où les femmes choisissent des emplois très "mobiles" (enseignement, métiers médico-sociaux...). Comment analyser ces choix ?

Les femmes ont souvent plus de goût que les hommes pour des professions à caractère altruiste (santé, éducation, formation, services sociaux, accompagnement et développement des personnes, ressources humaines...). Elles y montrent une vraie disposition naturelle, et le plus souvent du génie ! Les besoins en termes de développement et de protection du Capital Humain sont immenses et demeurent universels. D'où vraisemblablement une plus grande flexibilité et une meilleure mobilité. Je connais une femme brillante, médecin devenue responsable de services hospitaliers, dont le mari, pour lui permettre de poursuivre sa profession avec succès, a changé de métier : il était dirigeant et est devenu enseignant. Il demeure donc le plus souvent à la maison et s'occupe remarquablement bien de leurs enfants. Ce n'est qu'un exemple, loin d'être un cas isolé.

Quelles sont les conséquences sociologiques, à terme, du fait de voire perdurer cette inégalité alors que les autres facteurs sociaux de la différence hommes-femmes tendent à s'estomper ?

La parité professionnelle autant que l'égalité salariale sont des combats qu'il importe de continuer à mener sans faiblesse. Les femmes ont tant à apporter aux entreprises et au monde du travail ! A condition bien sûr qu'elles actualisent leurs spécificités féminines et leurs talents particuliers : intuition, calme, sens du concret, aptitudes relationnelles ! Certaines hélas, mais de moins en moins semble-t-il, ont cru ou croient encore nécessaire de singer les comportements masculins. C'est une catastrophe, le plus souvent. Et toute posture finit toujours par devenir une imposture. Donc un échec.

Mais une femme vraiment féminine créatrice d'entreprise, au sein d'un Comité de Direction ou comme manager peut apporter une extraordinaire valeur ajoutée. Elles savent naturellement opérer une distinction essentielle, celle qui existe entre le pouvoir et l'autorité. C'est très souvent essentiel et déterminant dans leur structure psychique. Je connais certaines de ces femmes. 

Des femmes comme il y a peu d'hommes !

Si la hausse du niveau de formation des femmes n'améliore pas la situation, qu'est-ce qui pourrait faire bouger les lignes ? Les femmes restent-elles "prisonnières" de leur choix de métier ?

J'ai pris l'habitude - inconsciente - de me méfier des positions à caractère un peu idéologiques... Les femmes occupant des responsabilités me semblent de plus en plus nombreuses, de plus en plus performantes et de plus en plus reconnues. Leur niveau général de formation s'est déjà considérablement amélioré, de même que leur émancipation. Au moins dans les sociétés occidentales ou occidentalisées.

Il me semblerait dangereux, autant qu'illusoire, de vouloir décider à la place des femmes, de vouloir, par principe égalitariste, obérer leur liberté ! Car les très nombreuses femmes qui choisissent de travailler à temps partagé, pour prendre soin de leurs enfants, d'elle-même ou de leur conjoint, ne me semblent absolument pas prisonnières. Et elles sont de plus en plus nombreuses a faire ce choix de vie, privilégiant le bonheur de ceux qu'elles aiment aux satisfactions professionnelles parfois bien illusoires ! Génial altruisme féminin, avons-nous dit ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !