Pourquoi jouer d'un instrument de musique est-il efficace pour la drague ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Un homme serait bien plus attirant aux yeux d'une femme s'il porte un étui pour guitare...
Un homme serait bien plus attirant aux yeux d'une femme s'il porte un étui pour guitare...
©Reuters

En mode lover

Pourquoi jouer d'un instrument de musique est-il efficace pour la drague ?

Une étude montre qu'un homme serait bien plus attirant aux yeux d'une femme s'il porte un étui pour guitare... La musique pour draguer : cliché ou vraie arme de séduction ?

Philippe Nassif

Philippe Nassif

Philippe Nassif est philosophe et écrivain. Conseiller de la rédaction à Philosophie Magazine et en charge d'un cours sur "pop culture" à l'IESA (Institut d'Etudes Supérieurs des Arts). Il est l'auteur de  La lutte initiale (Denoël, 2011) et son dernier essai publié est Ultimes (Allary Editions, novembre 2015)

Voir la bio »

Atlantico : Une étude menée par des chercheurs de l'Université Bretagne-Sud vient de démontrer qu'un homme est bien plus attirant aux yeux d'une femme s'il a un étui de guitare : lors d'une séance de drague dans la rue, il arrive ainsi à obtenir 31 numéros sur 300 contre seulement 14 sans guitare, et 9 avec un sac de sport. Est-ce un cliché ou une réalité ? Comment peut-on expliquer que la musique soit un critère de séduction ? 

Philippe Nassif : Les résultats de cette expérience ne m'étonnent pas vraiment. Avoir une pratique artistique en général, et jouer de la guitare en particulier, constitue sans doute aujourd'hui un avantage sélectif très important. Disons qu'un musicien convoque l'image du jeune homme qui a été amené à cultiver sa part émotionnelle — à l'opposé du sportif qui lui aurait plutôt tendance à convoquer l'image cauchemardesque des grasses conversations de vestiaire collectif. Mais le jeune-homme-à-la-guitare n'a pas pour autant lâcher sur le viril : il est armé d'un instrument. Il a appris — s'il est bon musicien — l'alliage de la douceur et de la fermeté qui seul offre un jeu expressif et précis. Il a un doigté habile. D'où le côté érotique de l'affaire : la guitare, après tout, évoque les formes d'une femme — nombre de guitaristes ne se sont pas privés de filer la métaphore, à commencer par B.B. King qui appelait sa guitare favorite "Lucille", devenu plus tard le nom d'un modèle de Gibson.

Et puis quand un guitariste se met à jouer dans une soirée, un cercle se forme autour de lui. Il est, le temps de son set, le mâle alpha de la situation, et par conséquent spontanément désirable. C'est qu'à l'évidence, depuis l'américaine épiphanie pop des Beatles, en 1964, et de Dylan, en 1965, la guitare s'est imposée comme le plus universel des instruments de musique.

Pour le dire autrement, ce qu'il y a de bien avec le guitariste, c'est son côté branleur mais qui bosse. Il hérite du cool secrété par la mythologie pop et fait montre d'une persévérance à mettre au point ses techniques. C'est donc un inadapté mais qui a trouvé le moyen d'habiter notre invivable société en se créant un monde. Ou plutôt un "mood" cher à Duke Ellington : une "atmosphère" qui rend la situation respirable.  Bref, le guitariste est ce garçon fragile mais qui s'entend à vous emmener sur son île déserte : éveille ainsi la pulsion «infirmière» de certaines et convoque le fantasme "Lagon Bleu" des autres. 

France Gall, sous la plume de Michel Berger, a d'ailleurs définitivement inscrit ce genre d'idée dans la sagesse populaire de la modernité avancée : "Il jouait du piano debout, ça veut dire qu'il était libre/heureux d'être là malgré tout". 

Jouer de la musique est-il une arme efficace pour séduire tous les types de fille ? 

Oui, dans la mesure où ce qui se joue dans la musique est de l'ordre de la très concrète roucoulade. L'être humain est naturellement mélomane : avant la parole, il y a le chant, qui relève de l'origine, du souffle, de la pulsion de vie. Et anthropologiquement, l'individu mâle, dès les début, fait comme l'oiseau : il gazouille pour séduire. 

En général, d'ailleurs, les filles s'ennuient très vite à l'écoute d'une improvisation essentiellement instrumentale — occupation pourtant favorite des musiciens. Elles veulent des chansons. Un musicien qui, soutenu et protégé par sa guitare ou son piano, chante bien, est extrêmement érotique et convaincant. Ça marche aussi avec un saxophoniste aux mélodies simples et puissantes. Car si l'artiste est survalorisé par notre civilisation, le musicien a le privilége d'un art directement, physiquement, spontanément accessible — ce qui rend très jaloux les écrivains, entre autres.

A ma connaissance, les seule filles franchement réticentes à considérer un guitariste comme un potentiel flirt — et plus si affinité —, sont celles qui justement ont déjà vécu des histoires avec des musiciens. Elles ont traversé le miroir, et savent à quel point le jeune artiste accroché à son art s'avère, en vrai, égocentrique, instable, en demande perpétuelle d'attention, bref pénible — avec en sus, un sérieux risque de virer ressentimental quant à l'horizon de sa trentième année, il prend conscience qu'il ne sera jamais Prince ou Leonard Cohen. 

Quels sont les pièges à éviter lorsqu'on souhaite draguer avec un instrument de musique ? 

Outre l'impair culturel — je pense à l'accordéon ou au didgeridoo —, le piège, c'est de se perdre aux extrêmes. D'un côté, de jouer super technique, du genre jazz ou hard rock (dans la mesure bien sûr où l'auditrice n'est pas une fan hardcore de ces genres musicaux). Ou de l'autre, de jouer sur une émotion trop directe, en entonnant par exemple un Je l'aime à mourir de Francis Cabrel du plus obscène effet — ce truc qui trahit la plaie vivante, le boulet inapte au jeu de l'amour, à fuir instinctivement.

Donc entre l'émotion étouffée par la démonstration de force, et l'émotion dégoulinante de grossiereté, il y a l'élégance du juste milieu : la jolie chanson pop qui médiatise la stratégie romantique par une mélodie astucieuse. L'anamour de Gainsbourg, Accross the Universe des Beatles, ou une cover acoustique du Toxic de Britney Spears sont de bonnes options.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !