Plus 11 cm pour les Européens en un siècle : merci quoi ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Plus 11 cm pour les Européens en un siècle : merci quoi ?
©

Mange ta soupe !

Plus 11 cm pour les Européens en un siècle : merci quoi ?

Une étude publiée ce lundi montre une augmentation de la taille des jeunes hommes européens de 11 centimètres en un siècle. Cette croissance record s'explique par des facteurs nutritionnels et environnementaux.

Atlantico : Selon une étude publiée par Timothy Hatton, un économiste de l'université britannique de l'Essex, les Européens auraient grandi de 11 centimètres entre 1870 et 1980. Quelles sont les raisons de cette croissance en un siècle ? L’alimentation est-elle le seul facteur ?

Marie-Françoise Rolland-Cachera : Cette augmentation n’est pas surprenante. Il y a beaucoup d’éléments qui tendent à penser que cette croissance est due à l’alimentation en début de vie, même si tout cela reste encore à l’état d’hypothèse. Les enfants consomment des quantités très importantes de protéines, jusqu’à 4 fois leurs besoin, entre la naissance et l’âge de deux ans. Les protéines sont des facteurs de croissances, qui proviennent essentiellement des laitages.

D’autres facteurs, comme l’amélioration de la qualité et des conditions de vies ont participé à cette évolution. Les vaccins, par exemple, ont permis d’éviter des maladies, qui pour la plupart ralentissent la croissance.

Enfin, on peut ajouter les conditions de conforts et l’activité physique réduite. Le fait d’avoir moins d’activités physiques permet d’avoir un bilan d’énergie plus positif et pourraient également contribuer à l’augmentation de la taille.

Pourquoi les Européens sont-ils les principaux concernés par cette augmentation de taille ? 

Les Européens ne sont pas les seuls concernés. Le Brésil augmente d’un centimètre tous les dix ans, la Pologne, la Chine et la Japon de 2 à 2,5 centimètres. Par contre, il n’y a pas de changement pour les pygmées et les aborigènes d’Australie. Ce phénomène est global sur les pays qui connaissent des améliorations de leurs conditions de vies.

L’augmentation de la taille qu’on observe est due essentiellement à l’allongement des jambes, le tronc n’a pratiquement pas bougé. L’allongement des jambes se fait tout particulièrement dans les premières années de vie, le fait d’avoir des jambes plus longues à l’âge adulte, est le reflet de ce qui s’est passé pendant l’enfance.

Au cours de l'évolution, avons-nous déjà connu des épisodes de croissance similaire ? Lesquels ?

L’évolution de la taille n’est pas une courbe linéaire. On voit des périodes de plateaux et de stagnation de la taille. Cependant, depuis quelques dizaines d’années on observe une augmentation régulière. Cependant, dans certains pays comme la Norvège, l’Angleterre et le Belgique, des données montrent une certaine stabilisation de la taille.

Cette évolution peut-elle continuer dans ce sens ? Allons-nous devenir "géants" ?

La génétique est là pour interrompre le processus. Bien qu’une étude au Danemark montre des éléments surprenants. On connait le rôle des facteurs de croissance : des enfants dénutris grandissent moins vite. Dans cette étude, on observe une population d’enfants bien nourris, et l’augmentation des protéines continuaient à les faire grandir. Ce qui signifie qu’on peut dépasser notre génétique avec des conditions d’environnement.

Mais la vitesse de croissance rapide au début de la vie, est un facteur de risque de maladies métaboliques à l’âge adulte, donc ce n’est pas forcément une bonne chose. D’autant plus que même si les enfants grandissent, il n’y a pas d’augmentation proportionnelle de la masse musculaire. Cela pourrait expliquer certains problèmes, au niveau du dos notamment.

Propos recueillis par Manon Hombourger

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !