Un pluralisme de la presse bien singulier... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Un pluralisme de la presse 
bien singulier...
©

Sectarisme

Un pluralisme de la presse bien singulier...

Un blogueur associé au site Internet de Marianne a cru bon de juger "paradoxal" la publication d'une tribune du chevénementiste Olivier Amiel dans Atlantico. Celui-ci lui répond...

Olivier Amiel

Olivier Amiel

Olivier Amiel est avocat, docteur en droit de la faculté d’Aix-en-Provence. Sa thèse « Le financement public du cinéma dans l’Union européenne » est publiée à la LGDJIl a enseigné en France et à l’université internationale Senghor d’Alexandrie. Il est l’auteur de l’essai « Voir le pire. L’altérité dans l’œuvre de Bret Easton Ellis» et du roman « Les petites souris», publiés aux éditions Les Presses Littéraires en 2021.

Voir la bio »

Le site Internet du magazine Marianne reprend depuis quelques jours le texte d'un "blogueur associé" critiquant ma tribune L'attrape-niguaud des primaires socialistes publiée sur Atlantico.

En premier lieu, je n'ai jamais prétendu représenter officiellement le Mouvement Républicain et Citoyen de Jean-Pierre Chevènement dans ma tribune. Il s'agit d'une position personnelle sur les primaires socialistes. Le titre choisi par Marianne2 : "Le MRC de Chevènement dézingue le PS... sur Atlantico" est donc faux et tendancieux.

En second lieu, comme le titre de son billet que reprend Marianne ne l'indique pas : "Gauche : laver son linge sale en famille", Monsieur Pigenel concède mon "droit" de critiquer des primaires que je trouve injustes et mauvaises dans le fond car “ne permettant pas une confrontation d’idées sur la politique économique ou l’évolution européenne et internationale de notre pays, puisque ces questions ont déjà été tranchées en amont par les seuls militants socialistes lors du vote de leur programme en mai dernier”, et dans la forme : m’inquiétant du souvenir du “long feuilleton de suspicions de fraudes, de bourrages d’urnes et de contestations diverses, se réglant in extremis dans la discrétion des bureaux de Solférino” lors de l’élection du Premier Secrétaire en 2008.

En fait, mon censeur relayé par le site de Marianne me reproche exclusivement le média choisi pour publier ma tribune, considérant : "que l'attitude d'un militant de gauche conséquent et cohérent devrait être simple : refuser de participer à Atlantico (ou à d'autres médias comparables), tant que sa ligne éditoriale n'aura pas été infléchie dans le sens d'une plus grande honnêteté intellectuelle".

Il est dangereux de prétendre vouloir juger les médias selon leur honnêteté intellectuelle, et refuser ainsi la participation de personnes de gauche à certains d'entre eux (et l’inverse également). Le combat pour le pluralisme et la liberté de la Presse ne peut et ne doit pas se faire qu'en faveur de notre bord politique.

Et pourquoi ne pas avoir critiqué avec autant de véhémence la participation de socialistes comme Malek Boutih, Michel Sapin ou Julien Dray à Atlantico ? ou celle de personnalités de gauche telles que Stéphane Gatignon ou Alain Krivine ? Ce “deux poids, deux mesures” est insupportable voire sectaire.

On connaît bien la devise du Figaro (journal "de droite", pardon…) : “sans liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur”, rappelons tout de même que Beaumarchais rajoute dans sa pièce : “qu’il n’y a que des petits hommes qui redoutent les petits écrits”.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !