Pierre Pellarey - Printemps : "Ne pas ouvrir le dimanche est un handicap" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pierre Pellarey, directeur général du Printemps Haussmann
Pierre Pellarey, directeur général du Printemps Haussmann
©Radio Classique

Le Zap'Eco

Pierre Pellarey - Printemps : "Ne pas ouvrir le dimanche est un handicap"

Le replay du jour : 

Pierre Pellarey était l’invité de Radio Classique ce matin. Le Directeur Général du Printemps était interrogé sur les résultats de l’enseigne, qu'il juge "plutôt bons" en cette période de soldes. L’entreprise du boulevard Haussmann enregistre des résultats "en progression par rapport à l’année précédente", qui était particulièrement mauvaise. "Compte tenu du nouveau positionnement haut-de-gamme, il y a très peu de promotions" a-t-il précisé. "Le panier moyen pour les périodes de soldes sera de 250 euros en moyenne", un chiffre qui  peut "dépasser 600 euros pour le rez-de-chaussé", où sont présentes les grandes marques de maroquinerie. "Par rapport à la clientèle touristique, ne pas ouvrir le dimanche est un handicap" observe le Pierre Pellarey. "On les voit bien quitter Paris le samedi soir, voire le vendredi soir, pour les autres capitales comme Londres". Le Directeur-Général du Printemps regrette que Paris ait perdu sa première place touristique mondiale au profit de Londres.  Pour voir l'interview, cliquez ici.


[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Qui a dit ?

"Personne n’a envie de faire entrer chez lui un voyou ou un incompétent"

Réponse :Denys Chalumeau, le fondateur de Seloger.com qui présentait son nouveau service "Sefaireaider.com", sur BFM Business. "Venez sur Sefaireaider.com vous allez trouver le prestataire bien noté, près de chez vous, et en plus c’est un professionnel". 

Le tweet :

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !