Pierre, 18 ans 1/2, aventurier de la "vraie gauche" perdue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Pierre, 18 ans 1/2, aventurier de la "vraie gauche" perdue
©DR

Quête du Graal

Pierre, 18 ans 1/2, aventurier de la "vraie gauche" perdue

La gauche, on ne sait déjà plus vraiment ce que c’est, mais la "vraie gauche" encore moins. Il y a tout de même de jeunes explorateurs intrépides qui continuent de chercher.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Le journal intime de Pierre, 18 ans 1/2. Fragments retrouvés dans le métro, station Louise-Michel. Il peut venir le récupérer à la rédaction aux heures de bureau accompagné de ses parents.

 

 

5 février 2017

 

Cher journal, je vais voter pour la première fois et je suis très excité par la possibilité de contribuer au choix d’un président ! La démocratie, c'est important, puisque tant de gens se sont battus pour l’obtenir à travers le monde et que c’est le seul moyen d’être gouverné par une personnalité reflétant l’opinion de la majorité de la poulation d’un pays.

Je pense d’ailleurs voter pour Emmanuel Macron. Je l’ai entendu l’autre jour à la télévision, il dit pas mal de choses intéressantes même s’il n’est pas exactement « de gauche » alors que c’est plutôt ma sensibilité. Disons que c’est une forme de gauche, mais moderne, quoi !

 

Il croit qu’il faut relancer l’économie et aider les entreprises pour faire baisser le chômage comme dans les autres pays où il y a du boulot pour tout le monde, mais préserver les systèmes de solidarité et la sécu en même temps. Il croit à l’Europe aussi. Ça me paraît un bon compromis. Et en plus, il est jeune, n’a pas appartenu trop longtemps aux appareils politiques comme tous ces types que je voyais déjà à la télé quand j’étais petit. Je vais encore réfléchir un peu mais bon, a priori, mon choix est fait.

 

12 février 2017

 

Cher journal, je voulais voter pour Macron comme je te l’avais écrit, mais après réflexion et en lisant des trucs un peu partout sur Internet, je me dis qu’il y a tout de même un problème avec lui. Je vois qu’il a travaillé dans une banque d’affaires, qu’il a gagné beaucoup d’argent et qu’il est entouré de pas mal de gens de droite aussi. Ca me gêne un peu en fait. Je me dis que c’est tout de même mieux de voter à gauche pour de bon et je suis plutôt attiré par Benoît Hamon désormais.

 

Le parti socialiste, après tout, c’est une vraie organisation de gauche sérieuse, la seule à avoir déjà gouverné ce qui la rend plus crédible. C’est le parti de François Mitterrand ! C’est pas des amateurs. On ne sait même pas comment Macron réussirait à former un gouvernement avec son goût pour l’entre deux ! Et j’aime bien les idées qu’ils défendent au PS, comme le revenu universel et la légalisation du cannabis (j’en fume un peu !). Non vraiment, je pense que c’est Hamon, le bon choix !

 

7 mars 2017

 

Cher journal, je suis en train de changer un petit peu d’avis. Hamon, c’est pas mal, il a de bonnes idées, c’est vrai, mais je me dis aussi que ça n’est pas « la vraie gauche » d’une certaine manière. Il ne remet pas suffisamment l’ordre établi en cause et n’ose pas se confronter carrément avec les Allemands qui nous imposent plein de trucs sur les déficits. Il dit même que le revenu universel, finalement, ça ne sera pas pour tout le monde et même pas pour tout de suite !

 

Mais je suis allé à un meeting de Mélenchon avec les copains et c’était super enthousiasmant. Enfin, pas vraiment un meeting parce qu’il n’était pas là en personne et qu’il avait envoyé son hologramme ! Mais c’est parce qu’il s’intéresse aux nouvelles technologies je pense.

Lui, ce n’est pas un tiède ! Il dit qu’il veut sortir de l’Europe et de l’euro si les autres ne changent pas un peu leurs positions et je suis sûr qu’il va réussir à les convaincre parce qu’il sait se faire entendre. Il n’a peur de rien, ce gars ! Faut le voir se foutre en rogne ! S’il n’y arrive pas, ça n’est d’ailleurs pas si grave parce qu’il regarde vers le large aussi. Il dit que la France pourrait alors se rapprocher d’autres pays dans le monde qui font les choses différemment, comme la Russie ou plusieurs pays d’Amérique latine qui osent tenter des trucs nouveaux et ne sont pas soumis aux Américains qui veulent toujours faire la guerre partout pour piquer le pétrole des pays pauvres et nous forcent à les accompagner.

 

Il est très cultivé aussi, il cite des écrivains et des poètes et il aime les petites gens, les ouvriers, les chômeurs, ça se sent. Pour moi, pas de doute, c’est lui le boss !

 

15 mars 2017

 

Cher journal, hier, j’ai entendu Nathalie Arthaud à la radio. Je ne la connaissais pas vraiment mais c’est une sacrée bonne femme. Du coup, je me dis que la vraie gauche, si on réfléchit, elle est tout de même plus chez elle que chez Mélenchon, qui est un politicien professionnel et a été membre du PS de Hamon pendant des années, ce qu’il se garde bien de rappeler dans ses meetings ! Il paraît qu’il était pour tous les traités européens, même Maastricht, et que c’est un peu bidon et hypocrite, son projet !

 

Elle dit que tous les socialistes font le même coup : pour être élus, ils sont prêts à dire n’importe quoi, prétendre qu’ils vont combattre la finance, etc. et, dès qu’ils sont élus, ils font la même chose que la droite...

 

Nathalie Arthaud, c’est une vraie travailleuse qui sait ce que c’est pour de bon, la vie des gens normaux qui galèrent. C’est une syndicaliste et elle est prof d’éco. Un peu comme Poutou que j’aime bien aussi, mais plus concrète, moins frime. Elle dit qu’elle se méfie de Mélenchon, qui met déjà de l’eau dans son vin avant même le premier tour pour « rassurer les marchés ». Il est même déjà un peu revenu sur son idée de coopération avec Cuba et le Venezuela en disant que c’était juste pour les Antilles, ce qui montre bien qu’il n’est pas prêt à tout changer de manière radicale et qu’il fait surtout du vent. Je me tâte encore, mais je pense que ça serait pas mal. En plus, une femme à la présidence, ça serait une vraie révolution.

 

2 avril 2017

 

Camarade journal, je viens de découvrir un truc complètement dingue sur Facebook : il y a un mouvement qui s’appelle le Groupe Marxiste International, qui est la section française du Collectif Révolution Permanente. Là, tu peux me croire, c’est la gauche, la vraie de vraie. Eux, ils pensent que Arthaud ou Poutou, c’est beaucoup de cinéma en fait.
 

Ils font semblant d’être contre le système, mais c’est de la façade parce qu’en réalité, ils jouent complètement le jeu en participant à des élections qu’ils n’ont aucune chance de gagner en tant que « petits candidats ». Ils légitiment le truc des gros, qui font ce qu’ils veulent après. Ils acceptent même de se soumettre à la sélection par les 500 signatures, qui est grave pas démocratique. Et même dans les entreprises, ils bloquent toutes les initiatives de grève générale. Ce sont des « idiots utiles », ils disent aux GMI.

La vraie révolution, ce serait de refuser carrément le principe de ces élections bidons, qui ne sont qu’un simulacre bourgeois de démocratie et une arnaque, et d’amener les syndicats à faire une grève générale énorme à la place pour changer les choses. Mais ça, Arthaud et Poutou, ils n’en veulent pas. Ils sont dans leur petit confort. C’est pas ça, la gauche ! Pas la vraie en tout cas !

 

14 avril 2017

 

Putain, mec, je suis content d’avoir pris le temps de réfléchir. Parce que c’est sûr, c’est pas en écoutant tous ces politicards à la télé qu’on apprend la vérité. J’ai rencontré de nouveaux potes, des keums des Blacks Blocs, des zadistes de Nuit Debout, tout ça… Ces gars, ils t’ouvrent les yeux. Ils connaissaient bien les types du Groupe Marxiste International, mais ils disent que c’est surtout une méga escroquerie ! Ben oui, les GMI, ils s’en remettent totalement au mouvement syndical pour faire la révolution, ce qui est complètement débile !

 

Ce week-end, on est allé casser des abribus et des distributeurs de billets, on s’est bien marrés, et ils m’ont fait lire des tas de trucs géniaux qui m’ont ouvert les yeux ! Par exemple, ils t’expliquent que faire une grève générale pour amener le changement, c’est « montrer son attachement au mouvement syndical comme moteur de l’émancipation des masses ». Du coup, tu peux pas dénoncer « l'aliénation par le productivisme et la soumission aux impératifs du monde capitaliste ». En gros, ça veut dire que dès que tu fais un syndicat, tu es d’accord pour négocier avec le patronat et que tu entres dans la dialectique de la coopération avec les classes dominantes. Exactement comme les organisations crypto-fascistes que sont LO et le NPA !

 

Eux, ils n’y vont pas par quatre chemins : la vraie gauche, c’est la lutte armée ! C’est le seul moyen efficace de changer radicalement et durablement la société. Là j’ai le bac, j’ai pas trop le temps. Mais juste après, je pars à Notre-Dame-des-Landes. On va tout faire péter !

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !