Relativiser avec Schopenhauer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Relativiser avec Schopenhauer
©

Illusoire précarité

Relativiser avec Schopenhauer

Le philosophe s'est penché dans son œuvre sur cette insatiable quête du bonheur, lequel se dérobe à chaque fois qu'on croit atteindre la plénitude que l'on s'était fixée comme horizon. Petit guide de réflexion avec Céline Belloq dans son livre, "Lâcher prise avec Schopenhauer". Premier extrait.

Céline Belloq

Céline Belloq

Céine Belloq est professeur de philosophie.

Voir la bio »

Le bonheur viendra demain


Nous conjuguons le bonheur au futur, en le plaçant dans la satisfaction à venir de désirs porteurs de promesses. Par exemple, nous souhaitons pour être heureux rencontrer l’âme sœur, avoir un métier épanouissant, acquérir une maison confortable, faire des enfants, etc. Nous imaginons tous trèstôt l’objet de notre bonheur, ce que nous devrons « obtenir » pour pouvoir nous dire heureux. Le bonheur nous est donc d’abord « promis » par la vie. Nous passons souvent des années à préciser nos objectifs et à nous efforcer de les atteindre : argent, conjoint, maison, mais aussi aventures, records, exploits, etc.

Cependant, une fois ces objectifs atteints, de nouveaux apparaissent : voyager, déménager, créer, développer de nouveaux talents, faire réussir scolairement ses enfants, avoir plus de temps pour soi, etc. Les premiers objectifs ne promettaient-ils pas pourtant un sentiment de plénitude, ne devaient-ils pas suffire à nous rendre heureux ? Apparemment pas, soit parce que la plénitude promise n’est finalement pas au rendez-vous, soit parce qu’elle n’a pas duré. Le bonheur est insaisissable, toujours à venir, semblable à une illusion d’optique. Lorsque nous nous approchons de lui, il s’évanouit pour se reconstituer aussitôt à l’horizon. Nous avançons alors d’espoir en espoir, ne nous épargnant aucun effort. Éblouis par les promesses du nouvel objectif, nous ne voyons pas la folle énergie dépensée à chaque fois. D’illusion en désillusion, nous devrions conclure que rien n’est finalement digne d’être l’objet de nos aspirations. Nos efforts vains devraient nous inspirer le plus fort dégoût : comment avons-nous pu croire que la vie pouvait être appréciée, qu’on pouvait en profiter, voire être heureux ? Au lieu de cela, nous en concluons follement que : « C’est cela vivre, aller de l’avant ! » Mais vers où ? Cette « avancée » est-elle seulement une progression vers quelque but important ?

Elle pourrait être au fond éternelle si la mort n’y mettait un terme, car elle n’a pas de finalité : nous pouvons nous donner indéfiniment une multitude de buts, sans cohérence les uns avec les autres. Ce constat devrait nous confirmer l’absurdité d’un tel cheminement, fait de sueur et d’espoirs déçus. Mais la force d’une nouvelle illusion est à même de nous faire oublier le côté fastidieux et dérisoire de notre folle course-poursuite.

« Voilà donc, en somme, l’enseignement que chacun retire de sa vie : c’est que les objets de ses désirs ne cessent pas d’être illusoires, inconstants et périssables, plus propres par suite à lui apporter du tourment que de la joie, jusqu’au jour où enfin le fondement même tout entier, et le terrain sur lequel ils s’élevaient tous, s’écroule, et qu’alors l’anéantissement de sa propre vie lui confirme, par une dernière preuve, que toutes ses aspirations et tout son vouloir n’étaient que folie et égarement. » (M.C.V.R., « De la vanité et des souffrances de la vie », p. 1336.)

Questions Vitales

Choisissez un désir récurrent chez vous (désir de nourriture, désir sexuel, désir de reconnaissance…). Voyez-vous les exigences auxquelles vous vous soumettez pour ce désir (avant, pendant et après sa réalisation) ?

________________________________________________

Extrait de "Lâcher prise avec Schopenhauer" de Céline Belloq (Eyrolles mai 2011)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !