Paradoxe des législatives : au royaume des partis aveugles, La République (borgne) En Marche est reine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Paradoxe des législatives : au royaume des partis aveugles, La République (borgne) En Marche est reine
©Odd ANDERSEN / AFP

Tout et son contraire

Paradoxe des législatives : au royaume des partis aveugles, La République (borgne) En Marche est reine

57 % des Français ne veulent pas donner une majorité à Emmanuel Macron mais les projections d’Opinion Way montrent que LREM pourrait avoir une large majorité de sièges.

Pierre Bréchon

Pierre Bréchon

Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique à l’IEP de Grenoble, chercheur au laboratoire PACTE, directeur honoraire de l’IEP de Grenoble, et auteur notamment de Comportements et attitudes politiques aux Presses universitaires Grenoble. Il a également dirigé l'ouvrage Les élections présidentielles sous la Ve République (Documentation française). 

Voir la bio »

Selon un sondage BVA 57 % des Français ne veulent pas donner une majorité à Macron mais les projections d’Opinion Way montrent que LREM pourrait avoir une large majorité de sièges. Comment expliquer ce décalage ? 

C'est un paradoxe apparent mais en fait il n'y a aucune contradiction. On pose la question de savoir si les Français souhaitent que le président de la République ai une majorité absolue de sièges à l'assemblée. 57% des gens répondent "non" selon ce sondage et 61% le soir du second tour de l'élection dans un autre sondage.

C'est donc assez cohérent. Il y a 55 à 60% des gens qui ne souhaitent pas que Macron ai une majorité. Cela dit, ça veut dire également qu'ils souhaitent qu'il y ai une répartition du pouvoir et que le président n'ai pas tous les pouvoirs.

Ce que fait Opinion Way c'est demander aux gens "pour qui vous avez voté le 11 et le 18 juin". Là c'est une toute autre question et il y a selon les sondages à peu près 30/32% de gens qui disent être prêt à donner leurs voix à En Marche !

Le problème c'est que convertir le transfert de voix à partir du premier tour de l'élection présidentielle  vers le nombre de sièges gagnés aux législatives c'est une opération extrêmement délicate. Ce qui est sûr c'est qu'il y a une montée des gens qui sont prêts à donner leurs voix au candidat En Marche ! . Il y a donc bien une dynamique présidentielle qui joue selon les sondages. Après quels seront les résultats, c'est très hypothétique.

La cause de ce décalage ne s'explique-t-elle pas également par la difficulté des partis politiques, gauche ou comme droite, à indiquer une direction solide et cohérente? 

Chaque parti essaye de donner sa cohérence. Le problème c'est qu'il y a eu beaucoup de bouleversements ces dernières semaines. Les partis qui ont été laminés par l'élection présidentielle, aussi bien à droite qu'à gauche, c'est très difficile pour eux d'établir une dynamique. Les Républicains ont des problèmes avec un certain nombre d'acteurs qui sont sur le départ et c'est encore pire à gauche; Le PS a éclaté. A partir de là c'est vrai que pour les partis de gouvernement c'est extrêmement difficile de donner une dynamique, de donner des orientations claires dans cette campagne des législatives.

Peut-on considérer que le vote Macron, à l'instar de la présidentielle, incarnera le vote par défaut à ces législatives, ou sera-t-il représentatif d'un vrai enthousiasme des électeurs français pour LREM? 

Je pense qu'il a été un vote par défaut au deuxième tour de l’élection présidentielle, ça c'est certain. Pour els législatives, les gens qui vont voter pour les candidats La République En Marche" voudront que le président réussisse où en tout cas qu'il ai les moyens de gouverner avec une majorité.

La dynamique en question vise à donner au président le pouvoir de réaliser ses projets, ou tout du moins de lui laisser faire ses preuves. C'est le raisonnement d'un certain nombre d'électeurs qui ne sont pas forcément convaincus qui disent "laissons lui faire ses preuves".

Je pense que les gens qui voteront pour un de ces candidats c'est plus pour cette idée-là. Ce n'est pas un vote par défaut. Après il y a des situations extrêmement différentes selon les circonscriptions.

IIl est difficile de parler d'un vote Macron pour les législatives. Aux élections législatives, on vote  dans 577  circonscriptions différentes. Les candidats, la compétition est dans chaque circonscription. C'est difficile d'établir des logiques ce vote car elles vont être différentes dans chaque circonscription.

Selon que le candidat Macron est très connu (un député sortant qui évolue vers la majorité par exemple), ce qui concerne 10% à peu près des circonscriptions. Ou alors il n'est pas connu et en face de lui il a des personnalités beaucoup plus connues. C'est là l'enjeu. A mon sens actuellement il est très difficile de pronostiquer un résultat.

Enfin, il y a tout simplement la volonté pour les électeurs de centre droit ou de centre gauche, le marais politique de ne pas bloquer le président tout simplement. Auquel cas c'est un vote par défaut.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !