Panique geek : 2 147 483 647, le nombre par lequel le méga bug va arriver | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Ce nombre compliqué constitue une sorte de point de rupture pour les nombreux systèmes informatiques développés en 32 bits.
Ce nombre compliqué constitue une sorte de point de rupture pour les nombreux systèmes informatiques développés en 32 bits.
©Reuters

Nombre maudit

Panique geek : 2 147 483 647, le nombre par lequel le méga bug va arriver

Ce nombre compliqué constitue une sorte de point de rupture pour les nombreux systèmes informatiques développés en 32 bits, avec des effets parfois dévastateurs.

2 147 483 647. Ne serait-ce que pour le lire, c'est compliqué. Deux milliards cent quarante-sept millions quatre cent quatre-vingt-trois mille six cent quarante-sept. Chez les esprits matheux, cette suite de chiffres est un entier naturel, un nombre premier, et même le 8e nombre premier de Mersenne.

Mais pour le commun des mortels et notamment les informaticiens, il est surtout un empêcheur de tourner en rond. Car sous son apparence numéraire anodine, il représente le plus grand nombre entier représentable et intégrable par un microprocesseur 32 bits. Pour parler clairement, il s'agit d'une véritable limite de nos équipements informatiques, une sorte de point de rupture. A partir de ce montant, l'ordinateur est alors confronté à un nombre qui le dépasse. "Lorsque l'on a affaire à des registres informatiques, les nombres d'informations traitables n'est pas infini", nous indique Jean-Gabriel Ganascia, professeur à l'université Pierre et Marie Curie (Paris VI) et spécialiste de l'informatique. "Aujourd'hui, nous avons tendance à penser que tout est sans limites. Mais ce n'est pas le cas."

Dans les jeux vidéo développés sous 32 bits, c'est également le nombre maximal d'argent ou de points que vous pouvez obtenir. Le raisonnement est le même : les jeux développés sous ce format ne peuvent gérer des montants supérieurs à 2 147 483 647.

Crime de lèse-majesté : notre "nombre maudit" enquiquine jusqu'au mastodonte Google. En 2014, le compteur de la vidéo du chanteur Psy, qui a ridiculisé tous les records, avait vu son compteur de vues s'arrêter brusquement à….2 147 483 647. Le site de partage de vidéos était en effet partiellement codé en 32 bits. Le géant californien avait dû palier à ce bug en remplaçant dans l'urgence ses systèmes de compteur par du 64 bits. Désormais, nous devrions être  tranquille pour quelque temps puisque la nouvelle limite de vues est 9 223 372 036 854 775 807.

Mais qui sait? Comme le note Bill Scherlis, un expert informatique, "quand YouTube a été crée, aucun développeur ne pensait probablement qu'une vidéo pourrait attendre plus de 2 milliards de vues". C'est d'ailleurs ce qu'a confirmé YouTube dans un communiqué. "Nous n'aurions jamais pensé qu'une vidéo serait vu plus de 2 147 483 647, mais c'était avant de rencontrer PSY. Gangnam Style a été vue tellement de fois que nous devons faire une" upgrade!"

"On a eu un peu le même problème avec les adresses IP, quand il a fallu passer du protocole IPV4 à l'IPV6 pour bénéficier de plus d’adresses", nous explique Jean-Gabriel Ganascia. "Internet était alors victime de son succès, et le protocole ne permettait plus de s'en sortir".

Mais le "chiffre maudit" pourrait même frapper dans un domaine très sensible : le monde aérien. Récemment, un problème majeur a été découvert dans les systèmes de gestion de l'énergie du Boeing 787. En cause, le programme informatique qui supervise les systèmes fournissant de l'énergie à l'avion. Au bout de 248 jours de fonctionnement, ce dernier peut entrer dans un mode qui pourrait provoquer une panne de courant généralisée. Le bug serait lié plus précisément au fonctionnement du compteur qui comptabilise le temps sous forme de centièmes de secondes. Devinez quoi? Ce serait encore la combinaison système codé sur 32 bits et le nombre 2 147 483 647 qui créerait problème.

 

La BBC rapporte aussi que ce nombre n'est pas le premier a avoir donné des migraines aux informaticiens. Le quatre juin 1996, le premier vol de la fusée Ariane 5 s'est terminé par une gigantesque explosion au bout de seulement 39 secondes. Le coupable? Encore un problème de calcul informatique. L'accélération maximum de l'engin était codée sur une variable a été codée 8 bits. Cette dernière a connu un dépassement de capacité puisque son emplacement mémoire n'était pas assez grand pour accepter une valeur aussi grande. Un petit bug aux conséquences financière non-négligeable puisque la fusée transportait des satellites d'une valeur totale de 370 millions de dollars.

Pour en revenir au monde vidéoludique, un petit bug informatique bien connu des aficionados du jeu Civilization (une simulation de développement historique), transforme le paisible Gandhi en dictateur sanguinaire qui vous menace d'une guerre nucléaire à chaque tour. Les développeurs ont pourtant codé son personnage avec le niveau d'agressivité minimal. Mais lorsque son pays découvre la démocratie, Gandhi reçoit un malus de -2 en agressivité, ce qui fait passer son échelle d'hostilité à un niveau négatif…. qui provoque un"bug" du système. Le père de l'Inde moderne devient alors un personnage ultra-agressif, aux antipodes de ce que souhaitait créer les développeurs.

A LIRE AUSSI : Code informatique : vous avez craint le bug de l’an 2000, attendez de voir celui de 2038

Et les choses pourraient ne pas s'arrêter là. Car un futur obscur nous menace, notamment le 19 janvier 2038 à exactement 3 heures 17 minutes et 7 secondes du matin. En cette sombre seconde, le temps sur les réveils et alarmes pourrait bien s'arrêter. Un nouveau "bug de l'an 2000"? "Il ne faut s'alarmer outre-mesure", tempère Jean-Michel Ganascia. "C'est la surprise qui est ennuyeuse. Tout cela est juste une question de prévention et d'anticipation. D'ailleurs, le fameux "bug de l'an 2000" n'a finalement pas provoqué grand chose". Qu'importe, certains geeks continueront de craindre d'autres apocalypses informatiques. L'humanité n'en a pas fini avec les nombres maudits.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !