Théâtre : osez Thomas Bernhard, ce virtuose de l'auto-destruction | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Théâtre : osez Thomas Bernhard, ce virtuose de l'auto-destruction
©

Atlanti-Culture

Théâtre : osez Thomas Bernhard, ce virtuose de l'auto-destruction

"Déjeuner chez Wittgenstein" n'est pas une pièce drôle, mais rarement vous verrez aussi bien exprimé le goût tragique du malheur, dans le rejet des autres et de la société.

Eléonore De Dampierre pour Culture-Tops

Eléonore De Dampierre pour Culture-Tops

Eléonore de Dampierre est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

 

Voir la bio »

L'auteur

Poète dans sa jeunesse, puis dramaturge et romancier, Thomas Bernhard (1931-1989) est sans doute l’écrivain autrichien le plus important de sa génération et l’un des plus grands écrivains de langue allemande, traduit en plus de 40 langues. Il connaît son premier succès littéraire avec la publication de son roman, "Gel", en 1963. Misanthrope et provocateur, il exprimera tout au long de son œuvre sa rage anticonformiste en prenant systématiquement le contre-pied de ce qu’on attend de lui, quitte à se dédire...

Refusant toute sa vie les honneurs de l’establishment autrichien pour lequel il nourrit une véritable exécration, il provoquera moult scandales en mettant en cause l’Etat autrichien et la culture autrichienne marqués par le national-socialisme et le catholicisme. On pourrait dire que l’œuvre littéraire et dramaturgique de Thomas Bernhard est un règlement de comptes avec sa jeunesse et avec son pays mais aussi par rapport à l’ordre établi, quel qu’il soit et où qu’il soit… N’oublions pas que, dans son testament, Thomas Bernhard a défendu expressément « toute représentation, impression, présentation, à l’intérieur des frontières de l’Etat autrichien » d’aucun de ses textes publiés ou posthumes. Quant aux traductions, il les considérait comme des trahisons. Heureusement pour nous, ses ayants droit ont enfreint la règle, nous donnant ainsi à profiter de son œuvre, remarquable dans sa profondeur et dans son écriture.

Thème

A Vienne, en Autriche, dans une salle à manger bourgeoise aux murs couverts de portraits de famille, deux sœurs préparent le retour de leur frère Ludwig. Les deux femmes sont actrices et « jouent » quand cela leur plait, la famille étant propriétaire d’un théâtre à Vienne. Quant au frère, il est « philosophe », interné dans un hôpital psychiatrique. Dans cette atmosphère de désoeuvrement et d’ennui, autour du repas dominical, les trois personnages vont prendre plaisir à déballer leurs rancoeurs, donnant lieu à des affrontements sur tous les sujets : leurs relations réciproques, la famille (« la parenté signifie la mort », affirme Ludwig), l’art contemporain et le « faux » mécénat, l’incompétence des médecins et jusqu’aux profiteroles, amoureusement préparés pour le frère par la sœur aînée…

Il semble que seule la musique parvienne à les réconcilier, malgré quelques désaccords encore !
On assiste à un processus de destruction, cher à Thomas Bernhard : destruction méticuleuse du passé et de tout ce qui s’apparente à l’ordre établi. Mais aussi auto-destruction des personnages eux-mêmes, chacun se réfugiant inconsciemment dans sa propre folie pour échapper à la question du « sens de l’existence ». C’est ainsi que Ludwig aime son hôpital où il peut faire « tout ce qu’il veut ».

Points forts

- La montée en puissance de la haine est admirablement exprimée par le texte, bien sûr, mais aussi par la mise en scène d’Agathe Alexis : légères touches successives, hypocrisie des relations, petites piques subtiles contrebalancées par de soudains élans de tendresse ou par des fous-rires… Le spectateur est constamment surpris par cette inconstance des personnalités où génie et dérision se confondent.

- L’humour est toujours présent, un humour noir et grinçant qui s’applique pourtant à notre société contemporaine.

- Un hommage spécial aux trois comédiens : tout est juste, aucune outrance mais une présence qui nous tient en haleine, notamment celle d’Agathe Alexis, dans le rôle de la sœur cadette. Et quel plaisir que cette élocution parfaite qui n’a rien à envier à celle des sociétaires de la Comédie Française !

- Une ambiance « habitée » dans ce tout petit théâtre, autrefois local de répétition, aujourd’hui investi par Alain Alexis Barsacq qui y accueille plusieurs troupes de théâtre, dont celle d’Agathe Alexis.

Points faibles

Le spectacle dure 2h15 … c’est un peu long. On ne s’endort pas, loin de là, mais les dialogues de la fin sont un peu redondants par rapport à tout ce que l’on a déjà compris. Certaines scènes auraient pu être introduites plus tôt dans le déroulement de la pièce… mais cela s’appellerait une adaptation et Thomas Bernhard se retournerait dans sa tombe !

En deux mots

Courez-y, voilà du vrai théâtre, servi par des acteurs hors pair qui ont le souci rare de respecter la forme et le fond sans aucune prétention, ce qui n’est pas toujours le cas au théâtre aujourd'hui.

Une phrase

... Qui seront deux :

- « Ce n’est que lorsque nous sommes malades que nous sommes heureux » (Ludwig).

- Ritter, la sœur cadette, lit son journal où il est question de « réalisation de soi », et s’exclame :  « Cela ne veut rien dire, la réalisation de soi, il n’y a rien de plus répugnant que la réalisation de soi ». Quel visionnaire, ce Thomas Bernhard ! Ceci, évidemment, n'engage que moi...

Recommandation

Excellent Excellent

Théâtre

Déjeuner chez Wittgenstein
Ritter, Dene, Voss de Thomas Bernhard
Mise en scène d’Agathe Alexis
Avec Yveline Hamon, Agathe Alexis, Hervé van Der Meulen

Informations

Théâtre de l’Atalante 10 place Charles Dullin 75018 Paris
jusqu’au 1er février puis en tournée (consulter le site Internet du théâtre)
Réservation : 01 46 06 11 90 

www.theatre-latalante.com

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !