On vient de découvrir un banc de corail de 1000 kilomètres de long dans l'Amazone | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
On vient de découvrir un banc de corail de 1000 kilomètres de long dans l'Amazone
©

Insolite

On vient de découvrir un banc de corail de 1000 kilomètres de long dans l'Amazone

Personne ne se doutait qu'il était là.

L'Amazone est le plus grand fleuve du monde. Elle traverse tout le continent américain, partant des neiges des Andes au Pérou (entre autres) pour déboucher au Brésil. Certains chiffres peuvent donner le vertige ; par exemple, le flux de l'Amazone représente un cinquième du flux de toutes les rivières de la planète. Une telle taille explique que les scientifiques continuent d'effectuer des découvertes sur cette rivière fascinante.

Comme ce banc de corail d'environ 1000 kilomètres de long, qui finit à la bouche du fleuve, comme le raconte The Atlantic. Une découverte qui trouve ses origines il y a une trentaine d'années. Un article scientifique avait fait état de la présence de poissons qui suggéraient la présence de corail. Un scientifique a eu l'idée d'aller chercher ces coraux. Le problème est que l'Amazone est tellement boueuse qu'on ne peut pas les voir. Il a fallu draguer le fond.

Et lorsque la pêche est revenue, comme miraculeuse : des coraux, des éponges, des étoiles de mer. Cette présence est difficile à comprendre pour les chercheurs, car la boue de l'Amazone devrait bloquer le soleil dont les coraux ont besoin, mais il s'avère que l'Amazone n'est pas boueuse en permanence, et les coraux arrivent à recevoir assez de soleil pour se développer.

L'étude de ce corail pourrait donner beaucoup d'indications utiles. Ainsi, certaines des espèces qui l'habitent suggèrnt qu'il fait une sorte de "pont" entre les bancs de coraux des Caraïbes, beaucoup plus connus, et ceux du Sud de l'Atlantique. De plus, les coraux sont particulièrement menacés par le changement climatique, et l'étude de ce banc-ci pourrait aider à comprendre comment ils peuvent survivre dans des conditions plus difficiles.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !