Ollivier Pourriol, l'homme qui voulait être le fils de Michel Denisot | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Dans son livre On/Off, le chroniqueur Ollivier Pourriol raconte les coulisses du Grand Journal.
Dans son livre On/Off, le chroniqueur Ollivier Pourriol raconte les coulisses du Grand Journal.
©Reuters

Couper le cordon

Ollivier Pourriol, l'homme qui voulait être le fils de Michel Denisot

Évincé de l'émission phare de Canal+ après une seule saison, le chroniqueur culturel Ollivier Pourriol se confesse. Dans son livre On/Off, il raconte les coulisses du Grand Journal.

 MRY

MRY

MRY est blogueur sur "Choses Vues".

Il est consultant en communication et expert en stratégie digitale.

 

Voir la bio »

Aux éditions Nil, Ollivier Pourriol, philosophe, chroniqueur éphémère du Grand Journal de Canal+ vient de publier un livre intitulé On/Off. Dans cette comédie, comme c'est sous-titré, Ollivier Pourriol raconte les dix mois pendant lesquels il a été le monsieur intelligent de l'équipe des chroniqueurs entourant Michel Denisot. En synthèse, il explique qu'il n'a pas trouvé sa place dans l'émission et dans l'équipe. Il le reproche.

Ollivier Pourriol, était-il arrivé au Grand Journal avec trop d'illusions, trop d'attentes, trop d'espérances ? A l'évidence, oui. Attendait-il que Pierre, Paul et surtout Michel Denisot le prenne sous son aile ? C'est possible. N'a-t-il pas compris que comme dans la vie, dans un groupe d'êtres humains, il faut savoir s'imposer ? Quelle est cette sensibilité qui n'avait pas sa place pendant ce temps d'antenne ?

Plus largement, pourquoi n'a-t-il pas compris que la télévision c'est du relief qui doit produire un effet et rien d'autre, qu'il faut savoir être différent dans un format (im)posé ?

Ollivier Pourriol aurait-il écrit On/Off pour justifier son inadéquation avec le Grand Journal voire même pour s'excuser d'être resté aussi longtemps dans cette émission qui le payait si généreusement ? Il avoue même, page 261, qu'il est resté au Grand Journal pour l'argent. Et aujourd'hui, il charge ceux qui l'ont ainsi payé. Rien, ni personne, à part lui-même, ne l'empêchait de quitter cette aventure.

Ou bien encore si on part du postulat que son intelligence ne l'a pas amené à réfléchir comme d'autres sur la télévision et sur ce que peut déchainer en l'être humain la petite lucarne, Ollivier Pourriol n'apparaît-il pas comme un grand naïf alors que son métier le pose comme sachant ?

Mais pire encore, Ollivier Pourriol révèle dans son livre qu'il n'a pas compris l'essentiel.

Posez-vous la question de savoir ce(ux) qui perdure(nt) à la télévision ? Michel Drucker racontait que pour durer à la télévision il faut savoir servir l'outil, le programme et non pas se servir soi-même. Ne rien mettre de personnel, ni d'affect dans l'exercice télévisuel. Qu'est-ce qu'est venu chercher Ollivier Pourriol dans Le Grand Journal ? Pourquoi a-t-il accepté le rôle du philosophe ? Pourquoi, hors l'argent, Ollivier Pourriol est-il resté si longtemps dans l'émission ? Dans son livre, il écrit à plusieurs reprises qu'il voulait être coaché, pourtant dès le mois de septembre, page 77, il retranscrit l'essentiel de ce qui fait le format de télévision* dans lequel il est : "Fais simple et finis par une question. Fais les réagir, c'est tout ce qui compte" lui dit un rédacteur en chef adjoint. Ollivier Pourriol a été sourd à cela, il voulait une chronique sans rien prouver voire il voulait peut-être être considéré par le sommet ?...

En somme, l'égo d’Ollivier Pourriol sublimé dans son propre livre révèle que ce chroniqueur éphémère du Grand Journal n'a pas compris qu'il faut être humble et gagner sa place à la télévision. Comme partout.

En somme, On/Off cherche à couper le cordon avec un imaginaire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !