Non, "pour que la France reste la France" ne veut pas dire "La France aux Français" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Non, "pour que la France reste la France" ne veut pas dire "La France aux Français" !
©LUDOVIC MARIN / AFP

Wauquiez tête de Turc ?

Non, "pour que la France reste la France" ne veut pas dire "La France aux Français" !

Les mots ont un sens. Et il faut, sauf si l'on a l'esprit partisan, le respecter.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La meilleure définition de la France est chez Marc Bloch, grand historien fusillé par les nazis. "Celui qui n'a pas vibré au sacre de Reims, et à la Fête de la Fédération en 1790 ne comprendra jamais ce qu'est la France".

En effet, il y a des France. Celle de la révolution de 1789 opposée à celle des immigrés de Coblence. Celle de la Commune de Paris et celle des Versaillais. Celle de De Gaulle et celle de Pétain. Mais toutes sont la France.

Ce préambule est nécessaire pour tenter d'éclairer la polémique suscitée par le tract de Laurent Wauquiez : "Pour que la France reste la France". Il paraît que c'est "le tract de trop". Il ferait des vagues chez des militants LR. Sans qu'on sache avec précision s'il s'agit d'une vaguelette ou d'un tsunami.

Car - l'accusation est classique - parler de la France comme le fait Wauquiez c'est "chasser sur les terres du Front national". Depuis quand le drapeau tricolore serait-il la propriété du parti de Marine le Pen ? Que la gauche et aussi une bonne partie de la droite l'ait laissé choir est une autre affaire. Une faute. Une erreur. Une lâcheté à coup sûr.

Laurent Wauquiez a décidé de relever ce drapeau. À sa façon : directe et clivante. Est-il justifié pour autant de lui faire un procès en lepénisme ? Les procureurs sont nombreux. Il s'en est trouvé un sur Atlantico, David Desgouilles, pour porter cette accusation et écrire que Laurent Wauquiez est "opportuniste, insincère et fluctuant".

Opportuniste ? Tous les hommes politiques le sont ! Insincère ? Le mensonge en politique est un mode de fonctionnement communément admis ! Laurent Wauquiez a déjà beaucoup de défauts. Pas besoin de lui en rajouter.

Sa cote de popularité est au plus bas. L'image des Républicains dans l'opinion est noire comme le négatif d'une photo. Un échec patent. Mais si un jour Wauquiez doit s'effacer, ce ne sera pas à cause de "Pour que la France reste la France". Il faudra regarder du côté de la petite bête qui monte, qui monte chez les orphelins de LR : Nicolas Sarkozy.

PS : Dans un deuxième article, très critique à l'égard de Wauquiez (quelle abondance !) l'auteur cite le célèbre discours sur la nation d'Ernest Renan. Et il isole cette phrase : "L'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion ni du cours des fleuves". Pour en déduire que Wauquiez nie aux immigrés le droit d'être une chance pour la France. Le discours de Renan sur la nation est très long. On peut y trouver d'autres phrases :

"Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'autre est le consentement factuel, le désir de vivre ensemble, la volonté à faire valoir l'héritage reçu en indivis". "On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet". "Cette conscience morale prouve sa force par les sacrifices qu'exige l'abdication de l'individu au profit d'une communauté". Comme on le voit tout n'est pas permis avec Renan. Tout n'est pas permis contre Wauquiez.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !