Non Emmanuel Macron, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser ne sont pas morts pour la France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Non Emmanuel Macron, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser ne sont pas morts pour la France
©Michele CATTANI / AFP

Honni soit qui Mali pense

Non Emmanuel Macron, le sergent Yvonne Huynh et le brigadier Loïc Risser ne sont pas morts pour la France

Ils sont morts car ils servaient de bouclier à un gouvernement incapable et corrompu.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le communiqué de l’Elysée se veut émouvant. « Emmanuel Macron a appris avec tristesse la mort d’Yvonne Huynh et de Loïc Risser au Mali. La France a perdu deux de ses enfants. Le Président de la République rend hommage à leur courage et à la bravoure du deuxième régiment de hussards auquel ils appartenaient ». Et cela se conclut par une phrase mensongère et vide de sens : « Ils sont morts pour la France ».

Eh bien non et non, mille fois non. Ils ne sont pas morts pour la France ! Le Mali n’est pas la France et Bamako n’est pas Paris. Depuis une dizaine d’année 50 soldats français ont trouvé la mort au Mali, un pays qui ne sait pas, ne veut pas se battre.

Les djihadistes qui affrontent les soldats français, savent pourquoi ils combattent et ce pourquoi ils sont prêts à mourir : pour que le règne d’Allah advienne sur le Mali. Les soldats maliens – quelques dizaines de milliers dont les soldes sont payées par l’Etat Français - ne savent, ni ne veulent se battre.

Pourtant le Mali est un grand pays (mais seulement par sa superficie et sa population) : 19 millions d’habitants. Il y aurait de quoi lever une armée de plusieurs centaines de milliers d’hommes non ? Ce n’est pas ainsi que les choses se passent. Nos soldats vont au Mali, les Maliens viennent en France. Ils sont environ 120 000 sur notre territoire. Combien d’entre eux sont volontaires pour repartir au Mali et se battre contre les djihadistes ?

Ils préfèrent manifester pour Adama Traoré et le cas échéant affronter la police française qui est sensiblement plus douce que les djihadistes. La Constitution du Mali spécifie que ce pays est une démocratie.

Elle est rythmée par des élections assujetties au vote ethnique. Et surtout par des coups d’état militaires à répétition. Voilà une réponse évidente à ceux qui se demandent à quoi sert l’armée malienne.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !