Néo-vagabonds : improvisation, légèreté, créativité, les nouvelles technologies ont aussi révolutionné nos vacances | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Néo-vagabonds : improvisation, légèreté, créativité, les nouvelles technologies ont aussi révolutionné nos vacances
©

Vacances 2.0

Néo-vagabonds : improvisation, légèreté, créativité, les nouvelles technologies ont aussi révolutionné nos vacances

Un week-end dernière minute à Berlin, une photo de vous devant Big Ben à Londres postée sur les réseaux sociaux. Bienvenu dans l'ère du voyage augmenté et improvisé. Le tout, grâce aux nouvelles technologies.

Atlantico : Les smartphone ou encore les tablettes nous permettent désormais de rester connecter 24h/24, même pendant nos congés. Faisons-nous un autre usage des technologies lorsque nous sommes en vacances ?  

Stéphane Hugon : Les nouvelles technologies changent la plupart des expériences sociales et plus particulièrement les vacances et notre approche du tourisme.

L'Internet déjà avait modifié notre expérience du tourisme. En amont de l'expérience du voyage, en le préparant, puis en le prolongeant à posteriori en diffusant les photos et les commentaires sur les blogs notamment.

L'Internet mobile apporte une nouvelle dimension. On augmente l'expérience des vacances en y intégrant des personnes qui ne sont pas là via les réseaux sociaux.Le smartphone est un élément clé de l'expérience touristique. Ainsi les hôtels ou les régions touristiques bien équipés possèdent un avantage. Auparavant, dans une offre touristique, le wifi était un plus, dorénavant, on ne peut plus envisager une destination touristique si on ne peut pas diffuser des films, partager des images, géolocaliser.

Cela témoigne d'un effet de socialisation qui se faisait autrefois via la carte postale et qui passe aujourd'hui par l'Internet mobile. Cela permet de préparer l'expérience, de l'augmenter et même de la poursuivre. Votre expérience de voyage s'étale sur 5 jours avant, 3 jours pendant et 5 jours après.

Les nouvelles technologies n'ont-elles pas également pourri nos vacances ? 

Oui, mais pas plus que cela n'a saturé nos espaces de travail. Il est aisé de déconnecter. Les nouvelles technologies ont également généré un nouveau luxe, celui de la déconnexion. Certains hôtels disposent de chambres volontairement dépourvues de téléphone ou de connexion. L'idée est d'abandonner une partie de soi-même. 

Sommes-nous encore capables de se passer de connexion ?

Oui et non. Ce que l'on oublie c'est que les écrans ont transformé tout ce qui relève de l'organisation et particulièrement de l'organisation des vacances. Par exemple, les applications de géolocalisation fonctionnent comme un outil de tourisme. On cartographie son voyage, on prend des images et éventuellement on socialise.

Je pense que la dimension professionnelle, par laquelle nous nous sommes appropriés ces outils, est facilement débrayable. Il est très difficile de se passer des nouvelles technologies et non pas parce qu'on a une relation avec notre travail.Du coup, on prépare beaucoup moins et on improvise beaucoup plus. Dans le tourisme, on privilégie des formats courts et des formats émiettés sur toute l'année. Il y a une dizaine d'années, on prévoyait trois semaines de vacances en été pour faire une coupure totale. Aujourd'hui, il y a de plus en plus de petites coupures, ce qu'on appelle les "city break". Lorsque l'on va dans un endroit que l'on ne connait pas, les nouvelles technologies sont nécessaires. Si vous partez dans une ville que vous ne connaissez absolument pas, soit vous avez un bon guide, soit vous avez un smartphone ou une tablette, sinon vous ne passerez pas un bon séjour.

Dans quelle mesure les technologies ont modifié notre façon de faire du tourisme ? 

Les nouvelles technologies offrent la possibilité de "vacances aventures". Une généralisation de l'esprit routard y compris sur les voyages chers. Cet esprit ne peut pas exister sans les nouvelles technologies ou alors cela vous coûtera très cher.

Par ailleurs, aujourd'hui, il y a de plus en plus un impératif de réussite sur les vacances. On n'accepte plus de rater un week-end, de rater des vacances, de rater une relation, etc.

Auparavant, cela faisait partie du jeu. Aujourd'hui, nous sommes dans un perfectionnisme, une maturité de consommation. La technologie le permet. Elle nous permet d'augmenter le taux de réussite de nos vacances. Les nouvelles technologies augmentent la fluidité. Mais lorsque l'on n'a plus de réseau, cela peut virer à la catastrophe. On redécouvre que l'on avait rien préparé. Plus les objets de technologie nous accompagnent, plus nous sommes dans une logique d'improvisation.

Pendant longtemps le tourisme de masse a été structuré par un modèle très homogène. A l'image des photos de Martin Parr sur lesquelles on peut voir des guides accompagnant des groupes. On assiste à une sorte de réenchantement du vagabondage. 

Quels sont les risques ?

Le problème c'est que cela peut conduire certains à prendre des risques inconsidérés pensant en quelque sorte être protégés par leur portable. Les vacanciers peuvent partir en randonnée ou en mer sans avoir averti qui que ce soit, ce qui est extrêmement dangereux, même avec un portable. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !