Ne leur dites pas mais l’heure du coucher des enfants est beaucoup plus une construction sociale qu’une nécessité biologique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
L’heure du coucher des enfants est elle plus une construction sociale qu’une nécessité biologique ?
L’heure du coucher des enfants est elle plus une construction sociale qu’une nécessité biologique ?
©AFP

Mais pourquoi aller me coucher quand il fait encore jour ?

Ne leur dites pas mais l’heure du coucher des enfants est beaucoup plus une construction sociale qu’une nécessité biologique

Les enfants ne posent pas toujours des questions faciles sur la science. Ils demandent souvent à se coucher quand il fait nuit. Malgré leurs requêtes et leurs interrogations, il est néanmoins bénéfique de coucher les enfants relativement tôt.

Marc Rey

Marc Rey

Le docteur Marc Rey est médecin au Centre du Sommeil de Marseille.

Voir la bio »

Atlantico : Avec le passage à l’heure d’été et les journées qui s’allongent, les enfants demandent parfois à leurs parents pourquoi ils doivent aller au lit alors qu’il fait encore jour. L’heure du coucher est-elle une nécessité biologique

Marc Rey :L’organisation du rythme veille/sommeil n’est pas uniquement biologique, elle est sociétale. Des Comoriennes qui arrivent en France en juin sont surprises qu’il ne fasse pas nuit plus tôt. Dans les régions tropicales, la nuit tombe à 18h du 1er janvier au 31 décembre. Ainsi, tout le monde est couché à 20h - 21h car cela fait trois heures que la nuit est tombée. Le fait qu’il ne fasse pas nuit et qu’ils doivent aller se coucher surprend les enfants. Et la lumière du jour devient un problème pour s’endormir. Le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver peut alors poser un problème.  

L’heure du coucher est une construction sociale qui dépend des pays. Aux Comores, l’heure de coucher à 20h30 est une chose banale, mais en région tempérée en juin se coucher à 20h30 c’est beaucoup plus rare et difficile. Les esquimaux ont tendance à dormir le matin et à rester éveillés une partie de la nuit. C’est culturel et biologique.

L’heure du coucher des enfants est-elle plus une construction sociale qu’une nécessité biologique ?   

Les enfants ont besoin de plus de sommeil que les adultes et il faut que les enfants se couchent assez tôt. Dans l’organisation biologique du sommeil, en début de nuit, on va faire beaucoup plus de sommeil long profond et si l’on a des heures de coucher irrégulières avec des heures tardives, on va avoir une privation de sommeil long profond.

À Lire Aussi

Une équipe multidisciplinaire découvre les secrets du sommeil des enfants de 3 ans

Pourquoi est-ce important malgré tout de les coucher relativement tôt ?    

Il est important de coucher les enfants relativement tôt car l’heure de lever est fixée par l’heure d’école. À partir du moment où on fixe l’heure de lever, si l’on a besoin de 9h de sommeil et que l’on se réveille à 7h, il faut dormir à 22h. Si c’est 10h de sommeil, il faut que cela soit 21h. Selon l’âge de l’enfant et du planning, il faut le coucher entre 20h et 22h. Il faut éviter qu’il y ait de trop grandes variations entre la semaine et le week-end. Lors d’une enquête sur le sommeil des enfants, nous avons vu que les enfants de moins de 10 ans ont déjà un décalage entre les jours de semaine et de week-end. Ils sont en privation de sommeil durant la semaine et ils rattrapent le week-end et dorment plus longtemps.

Un enfant a besoin d‘une heure de coucher relativement stable sans écart entre la semaine et le week-end. Quand il fait jour, ils vont avoir tendance à ne pas avoir envie de se coucher, mais c’est pareil pour tous les êtres vivants. Il faut alors leur expliquer le changement d’horaires et l’importance du sommeil.

Si l’enfant se lève plus tard, on peut le coucher plus tard, mais il faut éviter les variations de sommeil. Les horaires doivent être réguliers. Le week-end, il peut se coucher un peu plus tard sans pour autant bouleverser son rythme. Si l’on décale le rythme durant l’enfance, à l’adolescence il va aussi se décaler.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !