L'affaire DSK attise les tensions ethniques en Guinée | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Depuis l'arrestation de DSK, la classe politique française n'a cessé de commenter l'affaire.
Depuis l'arrestation de DSK, la classe politique française n'a cessé de commenter l'affaire.
©

Répercussions

L'affaire DSK attise les tensions ethniques en Guinée

Dominique Strauss-Kahn, toujours poursuivi par la justice américaine, a rendez-vous le 1er août avec le procureur de New-York. Depuis son arrestation du 14 mai dernier, la classe politique française n'a cessé de commenter cette affaire. Mais qu'en est-il du côté de la Guinée, pays d'origine de la plaignante Nafissatou Diallo ?

Mamadou Salio Diallo

Mamadou Salio Diallo

Mamadou Salio Diallo est journaliste guinéen. Il a travaillé pour le journal "L' Enquêteur", les sites d'information kababachir.com, aminata.com, guinea-forum.org et pour la radio privée "Liberté FM".

Voir la bio »

C'est le 14 mai dernier que la jeune guinéenne de 32 ans, Nafissatou Diallo, aura quitté définitivement l'anonymat à cause d'une affaire de mœurs. Femme de chambre dans un hôtel luxueux de New York, Nafissatou Diallo a accusé l'ex-directeur général du Fonds Monétaire International, le Français DSK, de l'avoir agressée sexuellement dans la suite de ce dernier. Aussitôt, la nouvelle du soi-disant "viol" qui serait commis par l'un des hommes les plus puissants de la planète s'est répandue comme une traînée de poudre, provoquant une cascade de réactions à travers le monde.

Curieusement, en Guinée, pays d'origine de la présumée victime, les réactions de l'ensemble de la classe politique se sont fait longtemps attendre avant que le président Alpha Condé ne brise le silence. Dans une interview qu'il a accordée à Radio France Internationale en juin dernier, le dirigeant guinéen s'est dit « doublement touché » par l'agression sexuelle que DSK aurait commise sur la guinéenne Nafissatou Diallo.

Dans la même lancée, le président guinéen avait soutenu sur les ondes de RFI que l'affaire DSK était une « une grande tristesse pour nous ». « Nous sommes doublement touchés : d'abord en tant que socialistes, mais aussi le fait que ça soit une compatriote. » Voilà en gros ce que pense Alpha Condé de l'affaire DSK/Nafissatou Diallo.

Comme pour se racheter du mutisme dans lequel il s'était réfugié depuis le début de l'affaire, le numéro 1 guinéen s'est voulu solidaire avec la présumée victime en indiquant, au cours de la même interview, que l'Etat guinéen ne va pour rien au monde abandonner sa fille Nafissatou Diallo, confrontée à l'un des hommes les plus puissants du monde au moment des faits. « On ne peut pas la rencontrer actuellement. Mais la Guinée apportera son assistance à tout citoyen guinéen, ou citoyenne. Chaque fois qu'un citoyen guinéen ou guinéenne se trouvera en difficulté quelque part, l'Etat guinéen sera à ses côtés, mais en respectant la loi », a conclu Alpha Condé.

Et au sein su gouvernement, silence radio. Ni le Premier ministre, Saïd Fofana, ni le chef de la diplomatie guinéenne, et pire, encore moins la ministre chargée des Guinéens de l'extérieur, Rouguy Barry, n'ont commenté l'affaire qui a dominé l'actualité internationale à la mi-mai.

Même son de cloche, côté opposition. Les différents poids lourds de l'opposition ont brillé par leur silence sur l'affaire DSK/Nafissatou Diallo. Même si Cellou Dalein Diallo, chef de file de l'Union des Forces démocratiques de Guinée (UFDG) et candidat malheureux à la présidentielle de novembre 2010, a été contraint de sortir de sa réserve le 26 juin dernier à Bruxelles. Suite à la question d'un journaliste au cours du meeting qu'il avait tenu en Belgique, l'ancien Premier ministre guinéen s'est juste contenté de dire qu'il « croit en la justice américaine ».

Tensions accrues entre ethnies guinéennes suite à l'affaire DSK/Diallo

Son vice-président a été plus virulent sur l'affaire. Récemment, Bah Oury a confié à un confrère que le cas Nafissatou est en train d'exacerber la haine entre l'ethnie de Nafissatou Diallo (les peuls) et leurs "ennemis" de toujours, les malinkés.

Justement, dans les grandes villes du pays, notamment Conakry, la capitale, les commentaires vont bon train d'après nos informations. Seule fausse note, les profondes divergences aux relents « ethnicistes » entre les deux principales communautés du pays : les peuls et les malinkés.

Pour la majorité des Peuls, justice doit être rendue à la victime. Il y en a d'ailleurs qui sont catégoriques : "Nafissatou a été agressée sexuellement par l'ancien patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn". De l'autre côté, les malinkés estiment que Nafissatou est une « menteuse ». La plupart d'entre eux croient dur comme fer que la victime présumée a accusé DSK d'agression sexuelle dans le but de « se faire de l'argent ».

Pour la petite histoire, il y a toujours eu de la tension entre les peuls et les malinkés et ce depuis l'accession de la Guinée à l'indépendance en 1958. En cause : ces deux communautés se sont toujours regardées en chiens de faïence pour la conquête du pouvoir. Et cette rivalité s'est traduite, lors de la présidentielle de 2010, par une flambée de violence entre les représentants des deux communautés, non seulement à Conakry, mais aussi en Haute Guinée (pays des malinkés) où une véritable chasse aux peuls avait eu lieu dans des villes comme Siguiri et Kouroussa.

Ces tensions, nées des élections de l'an passé, ont eu des répercussions sur la lecture faite par les Guinéens sur l'affaire DSK/Nafissatou Diallo.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !