Mort de Yasser Arafat : les services secrets israéliens, suspect numéro 1 ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Mort de Yasser Arafat :
les services secrets israéliens,
suspect numéro 1 ?
©

OSS Mossad ?

Mort de Yasser Arafat : les services secrets israéliens, suspect numéro 1 ?

La chaîne Al-Jazeera a évoqué mardi, dans un documentaire, l'hypothèse selon laquelle Yasser Arafat aurait été empoisonné au Polonium. Cette suspicion ne fait que renforcer les rumeurs selon lesquelles les services secrets israéliens auraient assassiné l'ancien leader du Fatah, symbole de la cause palestinienne.

Gérard de Villiers

Gérard de Villiers

Gérard de Villiers, est un journaliste, écrivain et éditeur français. Il est diplômé de l'IEP Paris et de l'ESJ Paris. Il a été reporter à Rivarol, Paris-Presse, France-Dimanche. Il est célèbre dans le monde entier pour ses romans d'espionnage S.A.S, traduits en plusieurs langues. Son dernier ouvrage, récemment paru, s'intitule Le chemin de Damas[1].


Voir la bio »

La découverte par un laboratoire scientifique suisse de traces de Polonium 210 dans des vêtements ayant appartenu à Yasser Arafat ne fait que renforcer les rumeurs qui ont couru depuis sa mort au sein de la communauté du renseignement : ce sont les Services israéliens qui ont assassiné le vieux leader palestinien.

Évidemment, il n’y a aucune preuve et il risque de ne jamais y en avoir. Cependant plusieurs éléments plaident en faveur de cette thèse. D’abord la haine aveugle, irrationnelle parfois, enracinée au cœur des dirigeants israéliens. Un peu comparable à celle que vouent les États-Unis à l’Iran depuis la prise des otages de l’ambassade des Etats-Unis, à Téhéran en 1979.

Les Israéliens n’ont jamais considéré l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) comme un partenaire possible, mais comme un ennemi.Ils ont tout fait pour l’abattre. Y compris contribuer puissamment à la naissance du Hamas, uniquement pour affaiblir l’OLP. De leur point de vue, ils ont réussi, scindant le mouvement palestinien en deux, mais se créant un ennemi supplémentaire beaucoup plus déterminé.

Ensuite, lorsqu’ils assiégeaient Yasser Arafat dans son QG de Ramallah, ils ont visiblement cherché à le tuer, par des tirs directs. A leurs yeux, Yasser Arafat incarnait la Palestine, un mot obscène à leurs yeux et devait disparaître. Malgré tous ses défauts, le vieux leader était encore une icône. L’élimination physique des adversaires politiques est un dogme constant et officiel de la politique israélienne. Israël est le seul pays qui entretienne officiellement une brigade d’assassins, les kinodim. Une unité spéciale du Mossad, des assassins professionnels. Une soixantaine dont une douzaine de femmes. Ce sont les bourreaux officiels de l’Etat d’Israël. Lorsqu’ils tuent ils n’enfreignent pas la loi, ils exécutent seulement la sentence décidée par « war cabinet » et le Premier ministre. Cette sentence doit concerner une personne qui représente un danger pour Israël. Ils ont liquidé surtout des membres de l’OLP et du Hamas. Commettant au passage quelques erreurs. En Norvège, à Lillehammer, ils avaient tué par erreur un innocent garçon de café, le prenant pour un terroriste d’Abu Nidal.

Le 19 janvier 2010, ils ont assassiné à Dubaï Mahmoud Al-Mabhouh qui figurait sur la liste rouge des ennemis d’Israël depuis 1989. Chef de l’Unité 101 du Hamas, il avait assassiné deux soldats israéliens dans le désert du Néguev. Il était ensuite devenu le principal fournisseur d’armes du Hamas. A Dubaï, l’opération fut couronnée de succès, mais les kidonim du Mossad commirent plusieurs erreurs grossières qui permirent de les identifier comme les « exécuteurs » du Palestinien. Ce dont Israël se moque éperdument…

 Concernant l’usage du poison, il n’a rien d’étonnant. J’avais rencontré à Amman en Jordanie Khaled Mashal, qui n’était encore que porte-parole du Hamas et qui venait de faire l’objet d’une tentative d’empoisonnement par deux kidonim du Mossad à l’aide d’un pistolet projetant un gaz mortel. Autre exemple : le Mossad a longtemps utilisé un produit « maison » pour liquider des Palestiniens : du dentifrice au Thallium. Ce produit, hautement toxique, tue lentement. Ce qui fait que la « cible » s’empoisonne lui-même tous les matins en se brossant les dents….

En ce qui concerne Yasser Arafat, certains ont souligné qu’il ne présentait pas les symptômes d’un empoisonnement au Polonium 210. Se basant sur l’empoisonnement de Litvinenko à Londres par les Services russes. C’est oublier que Litvinenko avait reçu une dose capable d’abattre un troupeau d’éléphants… Les Israéliens sont beaucoup plus subtils. Une dose bien inférieure suffit à tuer.

Dernier point : le Mossad a forcément accès à du Polonium 210 utilisé dans le déclenchement des bombes nucléaires possédées par Israël.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !